Photo: Jeff McMahan

«Mes expériences émotionnelles façonnent la plupart de mes titres»

La DJ de Brooklyn Octo Octa témoigne de son parcours trans à travers sa musique, mélange de deep house et d’IDM. À découvrir absolument au festival Electron à Genève.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne sont pas nombreux à avoir réalisé leur passage d’une identité à une autre au cours de leur carrière musicale. Il y a bien sûr Laura Jane Grace, chanteuse du groupe Against Me! L’expérience de cette figure du punk-rock a inspiré une autre artiste, dans cet autre bastion masculin qu’est l’electro. Octo Octa, alias Maya Bouldry-Morrison, a fait son coming-out trans en 2016 dans le magazine spécialisé «Resident Adviser». Sans doute les fans de la DJ et productrice new-yorkaise de deep house remarquée grâce au «Cause I Love You» en 2014 avaient-ils saisi les références codées à son parcours identitaire dans l’album «Between Two Selves» en 2013.

Aventure intime
«Where Are We Going» paru en 2017 est la suite de cette aventure intime. «J’essaie d’inclure ma vie actuelle et d’en faire un message trans plus manifeste. J’essaye d’y parvenir grâce aux expériences émotionnelles qui façonnent la plupart des morceaux mais aussi par les titres et la pochette. Ce n’est pas évident de communiquer ce genre de sentiments et d’idées à travers de la musique majoritairement instrumentale, mais j’espère qu’une partie transparaît quand même», expliquait-elle dans une interview au magazine en ligne Le Drone.

Au-delà de ce parcours hors du commun, on pourra aussi bien profiter de l’art savant d’Octo Octa sur pour faire scintiller le dancefloor de la Gravière, comme ceux du Panorama Bar de Berlin ou du festival Sonar, dans le cadre de la Honey Soundsystem Night organisée ce vendredi à Genève dans le cadre du festival Electron.

» Octo Octa, vendredi 3 mai @La Gravière, avec Jason Kendig Page, Ecar b2b Limbo, dès minuit. Plus d’infos sur www.electronfestival.ch

À lire également