Ivan Monteiro. Photo: Orlando Myxx

Pieds nus et la tête dans les étoiles

Immersion dans les cultures caribéennes contemporaines, le festival Mos Espa va faire planer le Motel Campo, à Genève, dès mercredi.

En Haïti, dans la culture Vodou, le lakou est un ensemble de constructions réunissant un clan, on y discute, on y rencontre des esprits et on y fait la fête. Originaire du Royaume de Dahomey, l’héritage spirituel africain a su intégrer des éléments du catholicisme et du chamanisme Taino, les croyances des pirates ou des symboles Francs-Maçons. Un syncrétisme total où l’union fait la force et tout devient possible.

A notre époque hyper-connectée, cette 11e édition de Mos Espa fait écho à la Ghetto Biennale de Port-au-Prince et met en place une collaboration hybride entre artistes haïtiens et helvètes. Une immersion dans les cultures caribéennes contemporaines où les propositions des intervenants viennent élargir le débat sur les notions d’échanges, de minorités ou de créolisation. Au programme dans cette Cour des Miracles: procession, performances, transes, concerts, fritures, clubbing et peinture.

Nous retiendrons tout particulièrement la présence de Ivan Monteiro le samedi 29 septembre. Cet artiste qui vit à Zurich performe un récit fictionnel autour de l’incarnation de Tituba, une vielle femme de couleur accusée de sorcellerie. Dans son travail, il décrypte les codes et l’iconographie de la féminité. Questionnant la désidentification des minorités. Il sera précédé d’une coquine que nous connaissons bien, Nina Nana qui présentera sa performance Witch Bitch.

» Mos Espa 11, 26-29 sept 2018, Musée d’Ethnographie et Motel Campo, Genève Toutes les infos sont sur www.mosespa.ch

À lire également