Mathias Reynard

Loi contre l’homophobie et la transphobie sur la bonne voie

La Chambre basse du Parlement suisse a largement approuvé aujourd’hui, par une majorité des deux-tiers, l’initiative Reynard. La balle passe dans le camp du Conseil des Etats.

Une nouvelle étape a été franchie pour l’initiative «Lutter contre les discriminations basées sur l’orientation sexuelle». Le texte déposé par les socialiste valaisan Mathias Reynard en 2013 a enfin été approuvé aujourd’hui par le Conseil national, après avoir failli être classé l’an dernier. Il propose l’extension de l’article 261bis du Code pénal (et l’article correspondant du Code pénal militaire) contre les discriminations raciales, ethniques et religieuses afin d’y inclure l’identité de genre et l’orientation sexuelle.

Le score, sans appel, est de bon augure pour les futurs débats au Conseil des Etats: 118 votes pour, 60 contre. Si l’UDC a dit non en bloc, le PLR s’est massivement rallié à l’initiative (27 oui pour 4 non), soutenue unanimement par tous les autres groupes. Les conseillers nationaux ont également confirmé leur désir d’inclure l’identité de genre dans la loi, malgré les réserves juridiques émises par le Conseil fédéral.

Besoin de statistiques
Commentant avec émotion son long combat pour porter cette initiative, Mathias Reynard a rappelé la nécessité de rendre visibles les violences homophobes en Suisse au moyen de statistiques: «Cette absence de données conduit trop souvent le monde politique à nier l’existence de l’homophobie et de la transphobie, ou du moins à en minimiser l’étendue et la gravité.»

Dans un communiqué commun, les associations nationales LGBTI Familles arc-en-ciel, TGNS, InterAction, LOS et Pink Cross ont salué le vote. « Assurer une protection adéquate contre les crimes haineux visant la population trans, intersexe, bisexuelle et homosexuelle est urgent et correspond aux nécessités de notre époque», estime Audrey Aegerter, Présidente d’InterAction, Association suisse pour les intersexes.

À lire également