Game of Thrones

Entre Cher et Madonna, le combat médiatique est sans pitié. Au top, il n’y a pas de place pour deux. L’automne promet d’être sanglant au panthéon des icônes certifiées 100% or pur.

Clash actu: Prévu dans les bacs le 28 septembre, l’album de reprises de titres d’ABBA de Cher sort au moment où Madonna annonce la sortie de son 14e album studio. Ces deux-là ne sont pas prêtes d’enterrer la hache de guerre. Mieux, depuis le temps qu’elles s’y adonnent, Madonna et Cher semblent savourer chaque minute de leur guérilla médiatique. Le nouveau volet de cette saga sur fond de paillettes et de vocoder a commencé il y a quelques semaines. Très exactement le 10 août, soit 6 jours avant l’anniversaire de Madonna, que la star a l’habitude de fêter en grande pompe et en live sur Instagram, entourée des siens. Ce jour-là, sans crier gare, pendant que l’autoproclamée «Queen of Pop» préparait savamment son look de fête entre sa salle de bain à New York et sa demeure à Lisbonne avant de s’envoler pour Marrakech, son éternelle rivale Cher lâchait une bombe sur Internet: «Gimme! Gimme! Gimme! (A Man After Midnight)», premier extrait de son album de reprises d’ABBA.

Reconnaissable dès la première mesure, le morceau choisi par la diva de 72 ans nargue sérieusement le hit de l’autre «Hung Up», qui samplait la célèbre boucle d’ABBA en 2005. Une façon détournée de l’aînée de dire à sa cadette à la veille de ses 60 ans: «Voilà qui ne te rajeunit pas.» Et toc! Oui Madame, dans le monde impitoyable des icônes gay, on ne se fait pas de cadeau. Pas de répit pour les ainées!

Pas de place pour deux
Dans la musique comme au cinéma, la rivalité est l’équation de base de la pop culture. Pour la bonne et simple raison que les querelles de divas font vendre. Trêve de sexisme outrageux, à ce jeu-là, hommes et femmes sont au même niveau dans le showbiz: une fois au top, la condition pour y rester est de réduire à néant chacun·e des aspirant·e·s au trône, car dans les hautes sphères, il n’y a jamais de place pour deux. Gladiatrice en chef depuis plusieurs décennies, Madonna le sait bien. Sur son passage, elle en a remis plus d’une à sa place, en témoigne Lady Gaga. Descendue de son piédestal, elle est allée jusqu’à cristalliser à tout jamais Britney dans son image de princesse sexy un peu paumée en lui roulant une pelle pendant les MTV Video Music Awards en 2003. Au sommet de son art, la star maîtrisait totalement le jeu.

Mais comme il n’y a pas de conte sans reine tourmentée, Madonna a son talon d’Achille. Si elle a plus ou moins neutralisé chaque «wannabee» pouvant potentiellement faire de l’ombre à sa couronne, il en est une qu’elle n’a jamais su dompter: Cher.

Longueur d’avance
Dans son édition de juillet, le magazine anglais «Stylist» titrait en couverture «Madonna Did It First» en préambule à son anniversaire. Mais l’ironie du sort veut que la longueur d’avance qu’elle a eue sur Beyoncé, Rihanna, Kylie, Courtney et bien d’autres, elle ne l’a jamais eue sur sa rivale au regard lunaire. Et pour cause. Bien avant que la star ne déferle sur le monde derrière ses Ray-Ban noires et le nombril à l’air dans les années 80, Cher dominait les années 70, changeant de looks plus vite que son ombre. Extravaganza!

Alors quand elle a vu cette petite blonde ambitieuse débarquer sur le devant de la scène, elle a opté pour le flegme d’une domina féline. L’humour en bonus, ce que Madonna n’a pas forcément. A un journaliste qui lui demandait ce qu’elle pensait de l’interprète de «Like A Virgin» en 1991, Cher répondait le plus calmement possible, vautrée dans son sofa: «Je pense qu’elle maîtrise le business comme personne, et j’ai beaucoup de respect pour cela. Pourtant, quelque chose me déplait profondément chez elle, elle est méchante. Elle est venue quelques fois à la maison car je suis amie avec Sean Penn et elle était tellement détestable avec tout le monde, c’était très gênant. Je pense que quand on a réussi comme elle et qu’on peut tout s’offrir sans compter, on devrait ne plus agir comme une salope.» Voilà qui est dit.

Icône gay alpha
A un autre qui lui demandait si elle faisait du jogging comme Madonna, la diva répondait dans un éclat de rire: «Vous voulez dire, ma meilleure amie Madonna?», avant de reprendre ses esprits pour préciser: «J’ai fait tout ça avant elle, mais j’avoue qu’elle le fait mieux. Elle est extrêmement créative, et je trouve époustouflant tout ce qu’elle réussit à faire sans être particulièrement talentueuse, ni belle. Au moins, elle n’en fait qu’à sa tête et j’admire cela.»

Experte en faux compliments, Cher n’a jamais ménagé sa consœur dans les interviews. Connue pour ses commentaires injurieux à l’encontre des autres chanteuses – Céline Dion étant historiquement sa cible préférée – Madonna n’a étrangement jamais épinglé Cher frontalement dans les médias. Faisant profil bas face à l’icône gay alpha aux Etats-Unis, elle est peut-être consciente que si son rang de reine de la pop n’est pas contesté pour l’instant, Cher sera toujours considérée comme la déesse de la pop.

Laisser un commentaire

*

À lire également