Martigny

Martigny Pride

sam 20 juillet, 14:00
Lausanne
#places à gagner

Drag Race France Live

sam 2 novembre, 18:30
Montreux
#Musique

Raye et Janelle Monáe

jeu 18 juillet, 20:00
Genève

La Rioule du 1er août

jeu 1 août, 16:00

LGBT, bédé… et plus si affinités

Quand on parle culture LGBT, on pense musique, film, littérature et on oublie souvent la bande dessinée. 360° vous a préparé de quoi y remédier.

La bande dessinée LGBT? Ça existe? Et comment! Qu’elle soit de production «franco-belge», Etats-unienne ou japonaise, la matière ne manque pas. La visibilité n’a par contre pas toujours été au rendez-vous, particulièrement sous nos latitudes. Ces dernières années, air du temps oblige, les livres sortent du bois et commencent à se faire une place au soleil tant dans les médias que sur les devantures des librairies. Une joie de lire, on vous dit.

Pour parler du monde de la Bande Dessinée LGBT, nous avons rencontré un spécialiste. Journaliste BD pour la presse, la radio, traducteur Jean-Paul Jennequin a lu des kilomètres de phylactère. En 2008, il a fondé l’association LGBT BD pour promouvoir les auteurs et la thématique dans le 9e art européen. «J’ai créé cette association sur le modèle des américain qui, dès les années 80, ont considéré le «gay comic». En effet, à cette époque, un débat annuel s’est instauré lors de la Comic-Con (convention de BD) de San Diego: l’occasion de faire le point sur les sorties, la visibilité, etc… Ainsi, l’association propose un débat lors du festival d’Angoulême. Festival où elle offre aussi un stand ouvert à tous les auteurs désirant y venir dédicacer leurs albums.

«En Europe, on manque d’initiative fédératrice», souligne Jean-Paul Jennequin: «Des revues comme Gay Comics sont des lieux de rassemblement, mais aussi de création.» Récemment, plusieurs auteurs ont publié suite à des blogs à succès (cf. La bulle du Web). C’est vrai qu’avant l’avènement du web, les auteurs franco-belges ont été moins prolifiques que leurs cousins anglophones dans le domaine de l’autoproduction. «Pas besoin d’un blog pour faire une BD tout seul: une photocopieuse et vous avez un fanzine!» rappelle notre spécialiste. Un des projets de l’association LGBT BD est d’ailleurs de créer une revue.

Un festival d’initiatives
Mais les choses bougent et ce 31 mai a eu lieu à Paris le premier Salon de l’illustration et de la BD LGBT! Organisé par l’association culturelle Parisci, l’événement a proposé au public de découvrir des planches originales, rencontrer des artistes et assister à des conférences. Accueilli dans les locaux du Centre LGBT, le mini-festival d’une journée a pu bénéficier d’une situation idéale au cœur du Marais. L’édition ayant rencontré un franc succès, le salon devrait rouvrir ses portes l’année prochaine!

Quant au festival de Blois BD Boum, il a permit la réalisation de l’album: Les gens normaux. En effet, depuis de nombreuses années, BD Boum initie annuellement un projet ayant pour but de «donner la parole» à ceux qui ne l’ont pas ou peu. S’il y a dix ou quinze ans les prisonniers ou les toxicomanes tenaient la vedette, en 2013 le scénariste Hubert a recueilli les témoignages de LGBT. Et quelle réussite!