Martigny

After Pride

sam 20 juillet, 22:00
Genève

Viktor Rom fait son show

ven 26 juillet, 23:59
Lausanne

Extra Viewing Party: la Finale

ven 19 juillet, 18:00
Genève

La Rioule du 1er août

jeu 1 août, 16:00

Festival Belluard, regard incisif sur le monde

Subversif, décalé. Niché entre les solides entrailles de la forteresse médiévale fribourgeoise, le Belluard Bollwerk International (BBI) entame sa 31ème édition dès le 26 juin. 360° Magazine vous offre deux places par jour!

L’artiste zurichois Thomas Huber soutient dans ses œuvres que le visiteur d’une exposition en devient partie intégrante. Il s’en retrouve changé. Et qu’en parallèle, son regard influe sur la pièce observée qui change à son tour.

Née de la phrase «Si l’art devenait un verbe, il se conjuguerait à toutes les personnes», l’affiche 2014 du BBI qui décline «I am, you art, he art, we art, you art, they art», fait écho à cette idée. Avec à sa tête son nouveau directeur, le Belge Cis Bierinckx, un homme décrit comme «mettant l’accent sur l’activisme, les frictions artistiques, le border art, la performance et l’art transdisciplinaire» – des préceptes chers au BBI – le festival de l’avant-garde invite son public à devenir acteur de son époque.

Carrefour des arts et des cultures, le “Bellu“ poursuit cette année encore sa vocation de plateforme expérimentale qui bouscule. Ambitieux, festifs, percutants, amusants ou sombres, une trentaine de projets internationaux comme nationaux allant du théâtre à la danse, des installations à la vidéo, en passant par la musique et le cinéma, sont au menu de ces dix jours pour nous tracer le monde à travers le regard de l’artiste. Tour d’horizon des grandes lignes de l’édition.

Mroué, un artiste engagé

La pluridisciplinarité et l’activisme artistique que prône le BBI se cristallisent en la personne de Rabih Mroué, l’invité d’honneur de cette édition. Cet auteur, metteur en scène et acteur de talent, originaire du Liban, aime explorer les diverses formes de la narration scénique en favorisant l’approche critique. Toutefois, il est surtout connu pour ses performances d’acteur dans A perfect day, ou encore face à Catherine Deneuve dans Je veux voir.

En somme, le Bellu, cette année encore, ne fera pas fi de son délicieux cynisme.

Et dernièrement, projeté au Festival de Locarno, il était à l’affiche de The Ugly One, l’étonnant film d’Éric Baudelaire réalisé comme une performance, que le festival reprend. Mais le “Bellu“, c’est aussi l’occasion d’explorer d’autres facettes de l’artiste dont en première Suisse, le Riding on a Cloud. Une performance intimiste basée sur la tragédie qui a marqué à jamais la vie de son frère.

Place à la Flandre

Connus pour leur maestria scénique, les Belges envahissent Fribourg. Place à l’humour avec Chicks For Money And Nothing For Free de la compagnie théâtrale het KIP. Une performance où des mâles aux corps comme sculptés dans du marbre jouent leur jeunesse. Parfois tendres, parfois tumultueux, ils sont le reflet de l’homme sans artifice comme de l’absurdité d’une culture machiste.

Tragédie humaine, Le Coupeur d’eau, écrit en 1989 par Marguerite Duras et inspirée d’un fait divers, conte le suicide collectif tragique d’une famille entière privée d’eau par un fonctionnaire un jour d’été torride. Dans un monologue angoissant, l’acteur belge Dirk Roofthooft interprète ce drame au rythme d’une musique funèbre. Le malaise est palpable.

Dessins animés subversifs

Experiments in animation, quant à lui, interroge au travers de quatre films d’animation courts – inspirés – divers aspects de la société d’aujourd’hui. Présenté au MoMA de New York en juin 2013, Some Actions Which Haven’t Been Defined Yet In The Revolution (2011) du Chinois Sun Xun, mêle un impressionnant travail de gravure sur bois à la technologie numérique pour dépeindre un portrait sombre du monde.

Tandis que l’artiste néerlandais Han Hoogerbrugge prend le parti l’humour – satirique – pour railler de l’Homme. Dans Con Leche, Jordan Wolfson dénonce la standardisation planétaire. Et enfin, sur une note plus légère, A Mouth Trying To Drink From Me de la Canadienne Allison Hrabluik clôture la série en ouvrant une réflexion sur l’esthétique du mouvement.
En somme, le Bellu, cette année encore, ne fera pas fi de son délicieux cynisme.

CONCOURS: Nous vous offrons deux entrées par spectacle! Envoyez vos coordonnées à concours@magazine360.ch avec la date et le nom du spectacle. Les spectacles que nous vous proposons:

– 27 juin:
Rabih Mroué, RIDING ON A CLOUD (22:00)

– 28 juin:
Giuseppe Chico & Barbara Matijevic, FORECASTING (20:00)

– 29 juin:
Erwan Keravec & Salao Eléctrico, CONCERTS (22:00)

– 1 juillet:
Tim Zulauf/Kmuproduktionen, PFLEGE UND VERPFLEGUNG – A BOUT DE SOINS (21:00)

– 2 juillet:
Amund Sjolie Sveen, ECONOMIC THEORY FOR DUMMIES (20:00)

– 3 juillet:
Hwang Kim, PIZZAS FOR THE PEOPLE (20:00)
Het Kip / Kopergietery, CHICKS FOR MONEY AND NOTHING FOR FREE (22:00)

– 4 juillet:
Amund Sjolie Sveen, SOUND OF FREEDOM (22:00)

– 5 juillet:
Spots&Dots (16:00 ou 19:00)
Nastio Mosquito, S.E.F.A. (SE EU FOSSE ANGOLANO) (22:00)

Plus d’infos au 026 321 24 20, www.belluard.ch, du 26 juin au 5 juillet.