Genève

Laundrette

ven 31 mai, 23:59
Genève
#Chorale

Les Genevoix présentent «Summer Lovin’»

sam 15 juin, 19:30
Genève
#Théâtre

Il n’y a que les chansons de variété qui disent la vérité

mer 29 mai - sam 8 juin
Genève

Le Temple: Fusion

sam 6 juillet, 23:00

«De temps en temps, une claque»

«De temps en temps, une claque»

Gymnase intercantonal de la Broye, en 2008, deux intervenants prennent la parole. Ils vivent tous

Gymnase intercantonal de la Broye, en 2008, deux intervenants prennent la parole. Ils vivent tous deux avec le virus du VIH. Leurs témoignages sont irrévérencieux et émouvants. Une cinquantaine d’adolescent·e·x·s, aligné·e·x·s sur des chaises, sont suspendus à leurs mots. J’ai dix-sept ans, je les écoute avec attention, avec crainte. Pour la première fois, on parle d’homosexualité à l’école sans que ce soit un sujet de gêne ou une blague.

Dix ans plus tard, des chaises en cercle, une vingtaine peut-être. La cloche vient de sonner, ma collègue intervenante me sourit. Les élèves s’assoient. «Bonjour, bonjour tout le monde. Bienvenue. Est-ce que vous savez de quoi on va parler aujourd’hui?» Silence. Une main se lève: «D’homosexualité.»

La réponse dépend de la classe, parfois on n’entend qu’un rire gêné, parfois un·e·x jeune, tout à fait au clair sur le genre et la sexualité fait un bref exposé de ses connaissances, parle de l’association pour laquelle je travaille alors, Vogay. C’est limpide, concis. On se dit qu’on n’a rien à faire là, que c’est à nous d’écouter ces jeunes, qu’iels ont beaucoup à nous apprendre.

De temps en temps, une claque. On se rend compte qu’on est venu avec beaucoup de préjugés face à cette classe d’apprenti·e·x·s en ferblanterie ou en maréchalerie. Qu’est-ce que j’attends d’elleux? Sûrement de l’homophobie, mais il n’en est rien. Apprenti·e·x·s: 1, Robin: 0.

D’autres fois, la claque est cinglante. L’homophobie surgit dans l’entre soi de la classe, soutenue par le prof qui mobilise ses troupes, comme s’il partait à la guerre.

Dans ce numéro, nous vous proposons un article de fond signé Line Golestani sur la prévention de l’homophobie et de la transphobie dans les écoles romandes. Intervenir auprès d’étudiant·e·x·s, faire de la prévention, c’est aussi le métier de Pascal Morier-Genoud, alias Catherine d’Oex, qui fait la couverture de ce numéro de mars. C’est par ailleurs elle qui animera la 3e édition du Natathon organisé par H2O Genève et la Ville de Vernier. Cet évènement sportif et solidaire a lieu le samedi 25 mars, de 15h à 18h, à la piscine du Lignon. La moitié des fonds récoltés seront reversés à votre magazine préféré. Alors, à vos plus beaux maillots!