Les crop top proposés par le commerçant en ligne ASOS.

Le nombril du monde

L’impossible retour du crop top pour homme annoncé au printemps 2019 fera-t-il vraiment tourner les têtes en 2020? Retour sur un vêtement genderless.

Fin août, son apparition dans les items du carrousel des hits de saison de l’une des plus grandes enseignes du e-shopping provoquait la controverse parmi les internautes. Pendant que certains criaient au génie face au retour du crop top pour homme, d’autres ne cachaient pas leur envie de vomir. Petit scandale digital bien orchestré ou trend réel? L’avenir nous le dira. Dans tous les cas, révisons nos classiques en tournant autour de nos nombrils. Car le meilleur alibi du crop top, c’est bien lui.

Bouton coquin pour certain·e·s ou centre du monde pour les egos costauds, le nombril symbolise le passage de la vie, le témoin de nos conditions humaines nouées au centre de l’abdomen. Zone érogène ou interdite, il suscite de vives réactions depuis la nuit des temps. Trituré par la mode qui le fétichise en le camouflant subtilement ou en le dévoilant comme la septième merveille du monde, il est l’un des grands favoris des catwalks, la cerise sur le gâteau.

L’histoire se répète
Si aujourd’hui la nudité atteint des sommets d’exhibitionnisme pudibond sur Instagram et son ordre établi du pixel de la vertu, l’histoire ne fait que se répéter différemment. Dans les années 60 – il n’y a donc pas si longtemps – on interdisait aux femmes de montrer leurs nombrils à la télévision. Barbara Eden en faisait les frais dans la célèbre série américaine «Jinny», lorsque les directeurs de la chaîne exigeaient que l’on couvre son sulfureux appendice.

Puis le top court a fait son chemin dans le vestiaire féminin. Signature du look de Barbie ébouriffée, nombril à l’air et déhanché porno de Britney dans les années 2000, il continuait simplement la croisade initiée par Madonna en 1983. Mains dans les cheveux, regard au ciel et nombril à l’air, la chanteuse annonçait la couleur dans la pochette intérieure de son premier album. L’origine du monde de la pop.

Hypnotisés par la puissance érotique et l’ambition aveugle de l’interprète de Holiday, les médias n’ont pas tardé à l’ériger en starlette nombriliste, avant qu’elle ne devienne qui on sait. De la virilité à l’androgynie

Force et densité
Du côté des hommes, le crop top raconte une histoire radicalement opposée. Virilité du ventre masculin oblige, il était censé souligner la force et la densité de celui qui le portait dans les années 80 et 90. Rien de tel pour exhiber des abdos sculptés au sport. Mieux, suggérer des pecs en béton dans un savant jeu d’ombre dans une pub en noir et blanc. Ça vous rappelle quelque chose? Mark Wahlberg aka Marky Mark dans la fameuse pub pour Calvin Klein aux côtés de Kate Moss en 1992.

Johnny Depp dans «Nightmare on Elm Street» (1984).

On recense quelques beaux spécimens pendant cette période-là: Prince, Johnny Depp dans «Nightmare on Elm Street» (1984), Will Smith dans la série «Le Prince de Bel Air» ou encore Matthew McConaughey dans «Magic Mike» en 2012.

Plus underground de nos jours, il fait une entrée remarquée dans le vestiaire des hommes qui ne craignent pas d’être considérés comme efféminés ou estimant simplement avec plus de fluidité les codes des genres. Des salles de sport, le crop top revient par les raves et les créatures qui rendent nos nuits parfois plus belles que nos jours. Sulfureux comeback témoignant d’une sexualité exploratrice de plaisirs infinis, il participe également à la banalisation de l’identité de genre non-binaire. Ainsi dévoilé, le nombril rappelle qu’avant d’être des hommes, des femmes et toutes les nuances entre deux ou en-deçà, nous sommes avant tout des mammifères tous nés de la même manière, toutes et tous égales et égaux.

1 comments

J’ai vu un garçon qui en portait un l’autre jour à la salle de sport et franchement, je préfère un mec en t-shirt ou totalement torse nu. Ce truc coupé au nombril, je trouve ça absolument anti-sexy. Mais ce n’est qu’une opinion personnelle.
Par ailleurs, je constate que l’utilisation d’un anglicisme tous les trois mots dès qu’on parle de mode fait des ravages en Suisse autant qu’en France.
A part ça, j’adore 360.ch, site que je consulte régulièrement.

Comments are closed.

À lire également