Lausanne

Extra Viewing Party

sam 22 juin, 18:00
Genève

Le Temple: Fusion

sam 6 juillet, 23:00
Lausanne

Talent Show Chaud Cho

dim 30 juin, 16:00
Lausanne

La Messe 3.0

sam 22 juin, 22:00

Attention, gays armés!

Attention, gays armés!

Pink Pistols, réseau LGBT américain de fans de flingues, se vante d'avoir remporté une victoire pour le port d'armes. Une «liberté fondamentale» pour laquelle le groupe milite depuis 16 ans au nom de la lutte contre l'homophobie.

Leurs slogans résonnent comme autant de défis: «Les gays armés ne se font pas tabasser» ou encore «Attaquez-vous à quelqu’un de votre calibre». Pink Pistols, un groupe LGBT de défense du port d’arme, a remporté une victoire devant les tribunaux. Mardi, un juge fédéral a donné un avis favorable à la suspension d’une partie d’une loi en vigueur depuis 2014 dans le District fédéral de Washington. Ce texte oblige les résidents qui veulent porter une pistolet avec eux à apporter la preuve qu’ils ont une bonne raison de craindre une attaque contre leur intégrité.

«Droit humain fondamental»
Ravie de la décision, la porte-parole de Pink Pistols, Gwen Patton s’est réjouie de la suppression d’une clause «qui laissait l’exercice libre d’un droit humain fondamental entre les mains de bureaucrates et de fonctionnaires de la police».

Patton a confié à US News que ce type de démarche contribuait à dissuader ceux qui veulent s’en prendre aux LGBT: «On supposait presque automatiquement que les personnes gay ne se défendaient pas, qu’elles étaient passives ou faibles. Nous imposons l’idée qu’il est impossible de savoir si les gays sont armés…. Alors ne les attaquez pas, parce que ça pourrait vraiment mal se passer!»

«Apolitique», vraiment?

Les membres de Pink Pistols (ici le groupe de Las Vegas) se rtrouvent sur les stands de tir ou dans la nature pour exercer leur gâchette.
Cliquer pour agrandir.
Pink Pistols a été créé en 2000 et revendique quelque 45 groupes locaux à travers les Etats-Unis. Le réseau justifie son action par les statistiques qui citent l’orientation sexuelle présumée comme un des facteurs les plus courants dans les crime de haine.

En 2007, le groupe avait réussi un coup de pub en soutenant une association de tir de l’Utah pour qu’elle obtienne le droit de tenir un stand dans une fête destinée aux jeunes LGBT à Salt Lake City… quelques jours après un massacre perpétré sur par un étudiant sur un campus de Virginie. Prétendument apolitique (même si sa page Facebook caricature Barack Obama en Hitler), Pink Pistols n’est pas membre de la National Rifle Association, mais indique collaborer avec du puissant lobby pro-armes.

A noter que la décision de Washington n’a pas d’effet concret pour le moment. Avant Pink Pistols, plusieurs citoyens ont déjà contesté les limitations à l’attribution des permis de port d’arme dans la métropole fédérale, autrefois surnommée la «capitale du meurtre». Le système d’autorisation reste en place dans l’attente de probables recours.

[poll id= »40″]