La tête qui monte

PORTRAIT EXPRESS d’une personnalité – Yann Mercanton

La mythomanie peut-elle servir de prétexte à parler de la pluralité de l’humain comme n’importe quel autre objet théâtral? Une question à laquelle le comédien et metteur en scène Yann Mercanton ne tente pas de donner une réponse, mais dont il se sert comme fil conducteur de son spectacle, énigmatiquement intitulé «1=3». Malgré l’équation, nul rapport avec la mathématique dans ces trois monologues dus à la plume du Marseillais Serge Valletti et interprétés par le seul Yann campant trois personnages. Des soliloqueurs menteurs et d’hypocrites schizophrènes: une pauvre fille qui attend l’homme de sa vie à la fenêtre, un illuminé qui découvre la voie lactée avant tout le monde et un animateur porté sur le whisky dans un casino. Un humour sardonique soutenu par le corps de l’acteur, seul sur les planches, juste habillées de lumières qui deviennent l’unique architecture tangible. Cet univers décalé reflète le goût de cet homme-orchestre dont les Romands avaient déjà pu applaudir les «Petites fêlures», sa production précédente l’an passé à la Grange de Dorigny, puis en tournée. Notons encore ce parcours professionnel qui débute à la case graphisme et bifurque en 1996 à la case théâtre par le truchement d’une admission à l’INSAS, école bruxelloise réputée et lieu d’élection de nombreux comédiens suisses. Yann Mercanton réside aujourd’hui entre les capitales belge et vaudoise, des villes dont l’esprit nourrit l’interprète. Danse, théâtre, opéra: il est un touche-à-tout ou plutôt un s’intéresse-à-tout. Une densité quasi palpable sur scène.

1=3
Pièce d’après Serge Valletti
Sur la scène de l’Oriental-Vevey du 24 nov. au 4 déc.
Réservation : 021 923 74 50
En tournée : voir les dates sur www.lodieusecompagnie.com