Bob l’éponge dans la mare aux crocodiles

REVUE DE PRESSE – L’histoire s’accélère et la presse gratuite ne sait plus où donner de la tête. Pour la survie de l’humanité, elle préconise pêle-mêle le réarmement, la prière et l’automédication.

«Des centaines de millions de morts envisagés» nous assène la Grande Époque, organe d’opposition au PC chinois en évidence dans le petit resto en bas de chez vous. A l’heure de plonger vos baguette dans le curry, il vous annonce qu’ «il ne serait pas surprenant que le PCC recoure à l’utilisation d’armes biologiques et nucléaires [et qu’il] n’hésiterait pas à tuer deux cent millions d’Américains, avec sept ou huit cent millions de Chinois pour parvenir à ses fins.» Des prophéties qui semblent donner raison au cel De Weck. L’actuelle baisse des crédits militaires dans notre pays lui rappelle l’inconscience politique des années 20: «Est-on vraiment sûr que l’histoire ne se répète pas?» interroge l’officier dans la Revue militaire suisse, alarmé par ces coupes funestes décidées «sans tenir compte de la situation politico-militaire, d’un futur possible.» Pour l’instant, à force de déluges et de cataclysmes, le «futur possible» a un avant-goût d’apocalypse météorologique. «Les intempéries tragiques en témoignent une fois de plus, nous ne sommes pas les maîtres absolus de la nature,» commente Jean-Christophe Aeschlimann, contemplant la Louisiane et l’Oberland inondés dans Coopération. Illustrant cet éditorial, «l’opération spéciale Bob l’Eponge avec Kinder et Nutella» brille comme une lueur d’espoir en deuxième de couverture! Pendant que les uns épongent, les autres somatisent. Il n’y a qu’à lire le sommaire de Pharmacie chez soi pour saisir immédiatement l’inquiétude sournoise qui règne sur cette rentrée 2005. Florilège de titres: «Paralysie grave», «Boulimie: ils ne trouvent pas la nourriture dégueulasse», «Vie quotidienne: vide — un jour ennuyeux» et de tous les titres, le plus préoccupant: «Perte de mémoire: «Pourqoui?» Dans ce contexte, Le Semeur, trimestriel bariolé de l’Eglise universelle du royaume de Dieu, arrive à point nommé: «Pour vaincre la peur, proclame Evêque Pedro, nous devons utiliser la foi.» Et de rappeler que «il n’existe qu’un être vivant qui n’a peur de rien, c’est le crocodile»

À lire également