Montreux
#places à gagner

Henry Moodie + Lauren Spencer Smith

ven 5 juillet, 20:30
La Chaux-de-Fonds

Bang! Bang!

mer 15 mai - sam 25 mai
Genève

Barbi Recanati

dim 26 mai, 20:00

Sur Twitter, l’homophobie se combat par l’absurde

Un canal utilisé pour diffuser des tweets violemment homophobes a été pris d'assaut par les gays et lesbiennes américains. Ils s'en donnent à coeur joie pour tourner en dérision les pires préjugés.

Twitter est une arme à double tranchant. Les initiateurs du mot-clé #LGBTFacts en savent maintenant quelque chose. Depuis quelques temps, c’est sous ce «hashtag» trompeur qu’une poignée d’excités américains balançaient des pseudo-«vérités sur le style de vie effrayant des homosexuels». A ce titre, les auteurs tweetaient, en toute impunité, des messages violemment diffamatoires et recyclaient de vieilles légendes urbaines. Quelques exemples, réunis par le Huffington Post: «Le mouvement nazi est né dans un bar gay», un classique. «Lorsque le rectum d’un homosexuel devient tellement large à cause de pénétrations, l’homosexuel recherche de plus gros objets, comme des phallus de chevaux.» Ah bon? «L’homosexualité est la manifestation d’une psychose bien plus profonde: le désir pour des enfants.» Ben tiens. Ou mieux encore: «Le saviez-vous? A tout moment durant un ‘rapport’ homosexuel, les selles du partenaire passif peuvent s’écouler.» Oh, pitié!

L’ennui avec ce type d’intox, c’est qu’à un moment ou à un autre, elle se retourne contre ses auteurs. Ainsi, le mot-clé #LGBTFacts a été la proie d’un «hijack» (détournement) par les principaux intéressés, les LGBT eux-mêmes. Résultat: une avalanche de minimessages absurdes et surréalistes, souvent savoureux, tournant en dérision les «vérités» distillées jusque là. Petit florilège: «Les homosexuels grandissent de quelques centimètres chaque été, afin de repérer des gamins vulnérables par-dessus les haies des jardins», «Lady Gaga peut invoquer et contrôler les homosexuels comme Aquaman avec les créatures marines», «L’homosexualité se rencontre dans des centaines d’espèces. L’homophobie, seulement dans une. Qu’est-ce qui est le plus contre-nature?»

Effet bommerang
Dans un tout autre domaine, McDonald’s a récemment fait les frais de la technique du «hijack» de mots-clés utilisés à des fins de propagande. La chaîne de restauration rapide s’était lancée dans une campagne pour promouvoir la qualité de ses produits avec des minimessages sponsorisés, signalés par le «hashtag» #McDStories. Les rois du burger ont dû très vite stopper l’opération. Après seulement une heure, le canal était submergé de tweets vengeurs fustigeant l’enseigne.