Suisse

Coups feutrés et grosse artillerie

La remise des signatures, le 12 avril à Berne. Photo: mariage-pour-tous-non.ch

Trois comités sont sortis du bois pour livrer bataille contre le mariage civil pour tou·te·s. Petit tour de leurs sites respectifs.

Les opposant·e·s au mariage égalitaire suisse n’étaient pas peu fièr·e·s de remettre leurs 59’176 signatures à la Chancellerie fédérale, le 12 avril. Leur petite mise en scène, avec de jeunes tourtereaux en costume nuptial, a été gentiment chahutée par une poignée de militants queer. Un coup d’envoi un peu comique pour une campagne qui durera jusqu’à la votation, cet automne.


 
Depuis que le Parlement a adopté la réforme du Code civil ouvrant le mariage à tous les couples, trois comités se sont formés pour combattre le texte. Trop heureux de sortir de son insignifiance électorale à chaque avancée des droits LGBTQ+, le parti évangélique UDF a lancé l’offensive. De gros bonnets de l’UDC ont rejoint leur comité. On en retrouve aussi dans un autre collectif focalisé sur l’ouverture de la PMA aux couples de femmes. Dans les deux cas, les arguments sont feutrés: on conteste la constitutionnalité du texte, on plaide pour un partenariat enregistré amélioré, on s’inquiète de la légalisation rampante de la GPA.

Mais le vernis craque très vite sur le site mariage-pour-tous-non.ch, dont le logo décline celui de la Manif pour tous française: «Le mariage est et doit rester l’union naturelle d’un homme et d’une femme, qu’il s’agit de protéger.» Comprenez: les familles arc-en-ciel sont non naturelles et constituent un danger pour l’ordre social.
 
On se lâche
Ces deux premiers comités, très masculins et alémaniques, sont complétés par un troisième collectif, tout aussi masculin mais à majorité romande. Sous l’égide de la Fondation pour la famille, on y retrouve de vieilles connaissances de l’UDC valaisanne, Jean-Luc Addor, Oskar Freysinger ou Grégory Logean. Là on se lâche. Leur site mariage-homosexuel.ch (!) est illustré d’une photo de fillette, visage crispé et yeux humides, un code-barre collé sur le front. L’imagerie de l’enfance maltraitée et de la pédophilie au service de slogans choc: «Marchandisation de l’enfant», «Familles génétiquement modifiées», «Touche pas à mon père!».

Les attaques sont frontales contre le «lobby» LGBTQ+, qui chercherait à assouvir sa «volonté tentaculaire» en exploitant «toutes les situations possibles et imaginables pour garder toujours la possibilité d’une revendication victimaire à offrir au monde». De quoi faire vibrer les chrétiens intégristes, mais pas forcément l’électorat suisse, même celui de l’UDC. Il serait à 65% en faveur du mariage égalitaire, selon un sondage de novembre, et a vu se former un comité pour le «oui».

Thèmes: Mariage  UDF  Valais 

À lire également