Se partenarier devant le pasteur? Bof…

L’adoption d’un rite par l’Eglise protestante vaudoise ne suscite guère d’engouement parmi les couples homos vaudois. Seules deux demandes ont été enregistrées pour l’instant.

Les gays et lesbiennes ne se bousculent pas dans les temples vaudois pour célébrer leur union. Un mois après l’adoption d’un rite spécifique, seules deux demandes ont été enregistrées, révèle Protestinfo. La question de la bénédiction des couples de même sexe vivant sous le régime du partenariat enregistré avait fait l’objet de quatre années de débats passionnés au sein de l’Eglise.

«Quand on voit le désintérêt pour le mariage dans notre société, nous ne nous attendions pas à une explosion des demandes de la population homosexuelle», note Paolo Mariani, porte-parole de l’Eglise protestante vaudoise. Pas d’étonnement non plus de la part du théologien Jean-Paul Guisan, président d’honneur de l’association genevoise Chrétiens + Homosexuels. Pour lui, «il n’y avait certainement pas une demande qui, d’un strict point de vue numérique, justifiait cette démarche». Le rite institué par le Synode permet, en revanche, «de rattraper le lourd passif que les Eglises ont en matière d’homophobie».

1 comments

Juste pour être complet: dans l’article de ProtestInfo, quand je dis que «il n’y avait certainement pas une demande qui, d’un strict point de vue numérique, justifiait cette démarche», je me réfère en réalité à la thématique des femmes prêtres ou pasteures que je donne en exemple.

Comments are closed.

À lire également