Bars & Clubs

Genre Nocturne

Fribourg, sam 3 décembre, 22:00
Community

BØWIE Awards Ceremony

Genève, sam 3 décembre, 17:30
Festival

Arosa Gay Ski Week

Arosa, 21 janvier 2023 - 28 janvier 2023

Harcèlement au boulot: les hommes ne sont pas épargnés

Une étude en cours de l'Uni de Lausanne révèle une proportion surprenante d'hommes subissant des pressions à caractère sexuel de la part de leurs collègues.

Blagues sexistes, e-mails pornos, remarques ou gestes déplacées: il n’y a pas que les femmes qui se sont senties, au moins une fois dans leur carrière, sexuellement harcelées au boulot. Selon une étude menée par des chercheurs de la Faculté des hautes études commerciales de l’Université de Lausanne, le phénomène touche également les hommes, plus précisément 10,9% des employés alémaniques, 7,3% en Suisse romande et 5,7% au Tessin. Les répondants évoquent le comportement déplacé de supérieurs ou collègues des deux sexes.

Zone d’ombre
Des chiffres significatifs – même s’ils sont loin de la proportion de femmes qui ont subi ce type de situation. Elles sont 31,4% dans la partie germanophone du pays, contre 17,6 et 18,3% dans les régions francophones et italophones. Pour les experts, le chiffre masculin cache probablement un problème bien plus répandu, compte tenu du tabou qui entoure ce sujet. C’est particulièrement le cas en Suisse latine, selon Franciska Krings, la professeure qui coordonné l’étude. «Il se peut que les hommes trouvent plutôt peu viril d’admettre qu’ils se sont sentis harcelés par des avances d’une collègue. Les entreprises alémaniques ont également fait davantage de sensibilisation», explique-t-elle à «20 Minuten».

Pour Oliver Hunziker, président d’une association de familles monoparentale, ces chiffres rendent compte d’une réalité alarmante. Selon lui «Les hommes qui font part de leurs angoisses face au harcèlement ne sont souvent pas pris au sérieux.» Le Syndicat Unia a réagi en demandant une politique de tolérance zéro envers ce phénomène: «Les entreprises doivent tracer des limites strictes et définir une personne de confiance», estime Corinne Schärer.

Appel aux témoignages

La recherche de l’Unil, menée avec le soutien du Fonds national suisse, doit être approfondie. Les chercheurs ont lancé un appel à toutes les personnes (homme ou femme) ayant subi ou subissant des formes de harcèlement sexuel sur le lieu de travail. Les entretiens sont traités anonymement en toute confidentialité. Contact: etude.travail@unil.ch

» En savoir plus: article d’Alumi HEC Magazine