Un UDC bisexuel et «original» au Conseil National

Suite à l’élection dans le canton de Berne d’Adrian Amstutz pour remplacer Simonetta Sommaruga au Conseil des Etats, Thomas Fuchs, blochérien et créateur de la section gay de l’UDC, s’installe à la Chambre du peuple.

La gauche n’a pas réussi à sauvegarder le siège laissé vacant par celle qui est désormais conseillère fédérale. Avec une petite avance de 3637 voix sur la socialiste Ursula Wyss, c’est l’UDC Adrian Amstutz (57 ans) qui a remporté cette élection complémentaire hier au second tour. Il sera remplacé au Conseil National par son camarade Thomas Fuchs, 44 ans, un personnage décalé et très conservateur décrit comme un « original» par son propre parti. Ouvertement bisexuel, «il ne thématise pas son orientation sexuelle et ça ne pose aucun problème», selon Oskar Freysinger. Fuchs est pourtant à l’origine de la section «rose» de son parti et est apparu sur des listes de candidats ouvertement gay promues par les associations LGBT lors d’élections nationales.

Mais l’égalité des droits pour les homosexuels ne semble pour autant pas constituer sa priorité même s’il avait été l’un des rares à l’UDC à soutenir le partenariat enregistré en 2005. Il préfère d’avantage ausculter de près les écuissons bernois pour vérifier que l’ours penche bien du bon côté. Ou pester contre les «gauchistes» et la Reithalle, un haut lieu alternatif qu’il essaie de liquider depuis quinze ans. En janvier, il s’était également démarqué en proposant au Parlement bernois que l’Etat et les assurances ne participent plus aux frais de dégrisement pour les jeunes qui abusent de l’alcool, soulignant qu’il n’a été ivre qu’une seule fois mais que «ce n’était pas en Suisse». De quoi tuer à tout jamais le cliché qui voudrait que tous les gays votent à gauche.

Source: Le Matin

2 comments

Pour une fois qu’il y a un personnage publique ouvertement bi, faut que ce soit un UDC… Je crois que ça va pas aider à lutter contre la biphobie de la “commnauté” LGBT. Au moins, ça démontre que LA personne LGBT n’existe pas: on peut être de gauche ou de droite, croyant ou athée, en faveur de l’homoparentalité ou non, etc.

Comments are closed.

À lire également