Sexualités San Francisco

Ces culs nus qui offusquent les gays et lesbiennes

28 nov. 2012

Les gays et lesbiennes de San Francisco auraient joué un rôle important dans la récente décision d’interdire le nudisme dans cette ville: un signe d’embourgeoisement de plus?

«La montée en puissance des ménages de même sexe ne rend pas la société plus queer, elle rend les gays plus bourgeois.» C’est William Saletan, éditorialiste dans l’édition américaine de Slate, qui tire cette conclusion provocatrice de la controverse sur le naturisme urbain à San Francisco. Curiosité locale, cette pratique est tolérée dans la métropole californienne – du moins encore pour quelques mois. De fait, des citoyens voulant en finir avec la présence des «naked guys» ont obtenu satisfaction, la semaine dernière. Un décret rendant illégal le fait «d’exposer ses parties génitales, son périnée ou sa région anale» dans l’espace public a été adopté. Il entrera en vigueur en février.

Épouvantails à clients
Saletan remarque que c’est précisent dans le district de Castro, «probablement l’endroit le plus gay-friendly sur Terre», que la grogne des résidents s’est fait entendre. Et de fait, les gays et lesbiennes formeraient une large part de ceux qui ont plaidé, devant la Municipalité, pour une interdiction du naturisme. Pour les uns, les nudistes les dépossèdent de leurs quartier, tandis que d’autres affirment que des grappes de «naked guys» prenant le trottoir pour leur salon effraient les clients des boutiques. La protection de l’enfance est aussi un thème récurrent parmi les LGBT: «En tant que femme gay, j’ai une partenaire. Nous avons des petits-enfants et nous n’apprécions pas de voir des naked guys», a déclaré une citoyenne entendue par l’exécutif de la Ville. «Ça perturbe et trouble [les enfants], explique une autre mère. Or c’est mon rôle de leur apprendre la valeur des limites… Si mon enfant croit que cela est normal dans la rue, cela la met en danger de ne pas savoir ce qui est un comportement sûr attendu d’elle et des autres.»

Il y a une certaine ironie à ce que les gay soient aussi sensibles à la question de la nudité publique, selon Saletan. Dans les débats autour du mariage pour les couples de même sexe, le naturisme faisait partie des spectres agités par la droite réactionnaire, ceux-là même qui prophétisent la légalisation de l’inceste, de la polygamie ou de la zoopholie dans la foulée des unions gay. L’éditorialiste rappelle qu’en 2008, par exemple, l’association homophobe Americans For Truth About Homosexuality avait attaqué l’ancien maire de San Francisco sur ce thème. Selon elle, le soutien de Gavin Newson au mariage gay allait de pair avec sa promotion d’une «nudité publique envahissante».

Politiquement embarrassants
C’est comme si les gays, désormais légitimes, s’empressaient de tirer une ligne les séparant de d’autres groupes, politiquement et médiatiquement embarrassants. Quant aux naturistes, leurs appels à la «liberté», à la «diversité», de l’«acceptation» et aux «droits civils» semblent être restés lettre morte auprès de la communauté LGBT. Elle qui a pourtant abondamment utilisé ces mots au cours des 40 dernières années.

1 comments

Une preuve faite aux homophobes et autres réacs qu’ils n’ont pas à avoir autant peur du monde homo qui, tout compte fait, n’est pas si différent de leur monde hétéro. Chez les homos aussi, il y a des cons et des réacs !

Comments are closed.

À lire également