Nouvelle loi en Israël: Couples homos «censurés»

Exclus de la nouvelle loi israélienne sur les successions, les gays et lesbiennes israéliens font les frais d’un marchandage interne au gouvernement.

Le ministre de la justice israélien Daniel Friedmann aurait renoncé à inclure les couples de même sexe de la nouvelle loi sur les successions, contrairement aux recommandations de comités ministériels ayant préparé le nouveau texte législatif. En limitant sa définition du couple à «un homme et une femme qui mène une vie familiale dans un foyer conjoint» et non plus à des «partenaires vivant dans un foyer commun», comme le prévoyait le projet original, le ministre aurait cédé à au chantage pratiqué par le parti religieux séfarade Shas, indique le quotidien Ha’aretz. Troisième parti à la Knesset et membre de la coalition actuellement au pouvoir, le Shas a mené la bataille contre la Gay Pride de Jérusalem l’an dernier. Le leader de ce parti ultra-orthodoxe sépharade, Eli Yishai avait alors qualifié l’homosexualité de maladie, souhaitant aux homosexuels un «prompt rétablissement».

Jurisprudence
Tandis qu’en Israël, le mariage reste strictement du ressort des autorités religieuses, plusieurs arrêts de la Haute Cour de Justice israélienne ces dix dernières années ont permis à des couples de gays et de lesbiennes de faire reconnaître une union civile ou un mariage conclu à l’étranger, à l’instar de ce qui se fait déjà avec les mariages civils. Par ailleurs, dans quelques domaines comme les assurances et les pensions, les couples cohabitant sous un même toit peuvent aussi bénéficier de certains droits.

À lire également