Genève
#Chorale

Les Genevoix présentent «Summer Lovin’»

sam 15 juin, 19:30
Montreux
#places à gagner

Henry Moodie + Lauren Spencer Smith

ven 5 juillet, 20:30
Lausanne

Everybody Pride Prelude

sam 1 juin, 20:00
Genève

Le Temple: Fusion

sam 6 juillet, 23:00

La «famille chrétienne» décidée à en découdre avec Zapatero

Dressant le mariage gay et l’avortement en épouvantail, les catholiques conservateurs semblent déterminés � intervenir dans la campagne électorale qui s’ouvre en Espagne.

Entre 150 et 200’000 personnes ont participé dimanche 30 décembre � Madrid � un rassemblement «pour la famille chrétienne». Organisée par le cardinal-archevêque de la capitale espagnole � l’occasion de la fête liturgique de la Sainte Famille, la manifestation a réuni plusieurs dignitaires catholiques espagnols, pour ce qui a été décrit comme un véritable meeting politique, � trois mois des élections législatives.

S’exprimant après un message d’encouragement télévisé du pape Benoît XVI, les évêques espagnols ont pris la parole pour attaquer la politique du gouvernement socialiste de José Luis Zapatero en matière de reconnaissance des couples homosexuels, de facilitation des procédures de divorce et de légalisation de l’avortement, notamment. Dressant un tableau apocalyptique, l’Archevêque de Valence n’a pas hésité de qualifier la culture laïque de «fraude […] conduisant seulement au désespoir, � travers l’avortement, le divorce accéléré et les idéologiques qui prétendent manipuler l’éducation des jeunes.»

Déni total
«Pour la famille, mais chrétienne seulement», titrait El País au lendemain de la manifestation, ironisant sur le déni total des autres modèles familiaux existants par la hiérarchie catholique. A ce propos, le quotidien de centre-gauche donnait la parole � un dignitaire catholique anonyme exprimant des réserves sur la prise de position des évêques, et évoquant de vifs débats au sein même de l’Eglise espagnole.
Le caractère politique de la manifestation a surtout irrité les partis de gauche qui exigent des mesures pour mieux séparer l’Eglise de l’Etat, notamment en matière fiscale. Pour sa part la Fédération LGBT nationale espagnole a condamné la promotion «dangereuse du fanatisme religieux et une nouvelle tentative de crisper la société avec des messages sur une prétendue destruction de la famille qui se sont montrés inexistantes et irréelles.»