Flyers et préservatifs saisis lors du raid ont été exhibés lors d'une conférence de presse de la police, vendredi.

Les animateurs d’une page gay sur Facebook arrêtés comme des criminels

Signe du durcissement de la répression anti-LGBT en Indonésie, un couple d’hommes a été interpellé à son domicile. Ils sont accusé d’avoir «diffusé l’immoralité» en animant la page communautaire Gay Bandung.

La police indonésienne a investi jeudi une maison de Bandung, grande ville de l’île de Java, et y a arrêté un couple d’hommes. Le raid visait les animateurs d’une page Facebook intitulée Gay Bandung. Créée en 2015, elle était suivie par plus de 4000 internautes. «Ils mettaient en relation des gens qui veulent faire des amitiés de même sexe», a expliqué le directeur adjoint de la division Crimes spéciaux, cité par le «Straits Times». Cinq téléphones portables et «25 préservatifs» ont été saisis au domicile des suspects.

L’homosexualité est théoriquement légale en Indonésie (sauf dans la province d’Aceh), mais la liberté des LGBT y est de plus en plus menacée par des projets de loi et la répression policières. Ainsi en 2017, plus de 140 hommes avaient été arrêtés après un raid dans un sauna de Jakarta.

«Dangers du mode de vie homosexuel»
Ces dernières semaines, c’est la province de Java-Ouest, où se trouve Bandung, qui est pris de fièvre anti-gay. Elle aurait été déclenchée par des informations sur une hausse des cas d’infections au VIH. Il y a quelques jours, l’existence d’une autre page Facebook, destinée aux jeunes LGBT, avait entraîné un appel aux directeurs d’école à expulser les étudiants gay et lesbiennes. Vendredi, les mosquées ont été invitées à traiter des «dangers du mode de vie homosexuel» dans leur sermons, rappelle le quotidien singapourien.

Les arrestations de Bandung seraient les premières en lien avec les réseaux sociaux LGBT. Les deux suspects sont inculpés de «diffuser l’immoralité» en utilisant des réseaux électroniques, un crime passible de 6 ans de prison.

À lire également