Mariage: référendum «inutile» renvoyé aux calendes grecques

Superflu, coûteux et clivant: le vote australien sur le mariage pour tous initialement prévu dans quatre mois a été bloqué par l’opposition de gauche, qui réclame l’adoption parlementaire rapide de la réforme.

La date du scrutin était pourtant arrêtée au 11 février 2017. Le référendum australien sur le mariage n’aura pas lieu – du moins dans l’immédiat. Les élus du Parti travailliste (opposition) ont unanimement rejeté l’idée de la consultation, bloquant le projet au Sénat. «On est à un stade où une majorité écrasante de gens disent au Parlement australien: Allez-y, et passons à autre chose!», explique l’ancien ministre Mark Dreyfus.

De fait, les derniers sondages plaçaient le soutien au mariage pour tous à plus de 60%. Le problème, c’est que la coalition de centre droit au pouvoir, divisée sur la question, ne souhaite pas porter la réforme, et préfère laisser au peuple le dernier mot. L’Exécutif prévoyait ainsi de financer à parts égales les campagnes du «oui» et du «non», à hauteur de 7,5 millions de dollars chacune, en plus du vote lui-même, devisé à 160 millions.

Une épreuve inutile
Pour les opposants, un tel référendum est non seulement trop coûteux – il est aussi clivant pour la société australienne. Pour l’illustrer, ils ont ainsi récemment commandé une étude sur le référendum irlandais de 2015. Bien que largement remporté par le «oui», le vote aurait provoqué un sentiment d’anxiété, de colère et de détresse chez les Irlandais LGBTI, confrontés aux attaques des partisans du «non». Plus de 54% des 1657 sondés ont déclaré qu’ils ne voudraient pas revivre cette épreuve, souligne l’enquête.

Pour le Premier ministre australien Malcolm Turnbull, le veto travailliste retarde l’ouverture du mariage à tous les couples d’au moins trois ans. Le chef du gouvernement exclut en effet une adoption parlementaire de la réforme avant les prochaines législatives, prévues en novembre 2019.

À lire également