Lausanne

Happy Birthday, GT’s!

sam 27 avril, 19:00
Neuchâtel

Rainbow Warriors Tour

ven 3 mai, 22:00
Lausanne

Guinguette Queer

dim 5 mai, 15:00
Genève
#Installation

La Maison de Dorothy

jeu 25 avril - sam 4 mai

Moscou bloque l’égalité pour les employés gay de l’ONU

La diplomatie russe a entamé un bras de fer avec Ban Ki-moon. Le secrétaire général veut généraliser les avantages sociaux pour les conjoints homosexuels au sein de l'organisation.

La nouvelle guerre froide menée par Vladimir Poutine ne se limite pas à l’Ukraine, au Moyen-Orient ou au Caucase, elle fait également rage dans les coulisses des Nations unies. Ainsi Moscou a engagé un bras de fer avec le secrétaire général. Motif: l’extension des avantages dont bénéficient les employés de l’ONU (tels que rentes, voyages, etc.) à leurs conjoints de même sexe, décidée par Ban Ki-moon en juin dernier. Or ce lundi, un diplomate russe a exigé le retrait «urgent» de ce décret. D’après lui, le secrétaire général viole le droit des Etats à décider pour leurs ressortissants.

Ban Ki-moon
Ban Ki-moon
Depuis 2004, les salariés homosexuels des Nations unies peuvent déjà faire enregistrer leur mariage ou partenariat enregistré, mais à condition qu’ils soient ressortissants d’un pays ayant ouvert les unions à tous les couples. Un Russe marié à New York ou partenarié à Genève avec un autre homme, par exemple, ne bénéficie donc pas de ce programme – une discrimination que Ban Ki-moon a décidé de supprimer.

Largesses
«Foreign Affairs» note que Moscou n’a pas de veto pour censurer la décision du secrétaire général. En revanche, la Russie pourrait amener les Etats membres à voter sur cette question au sein du comité budgétaire de l’ONU. Avec de bonnes chances de succès. Il y a quelques semaines, les diplomates russes avaient distribué un aide-mémoire dénonçant les efforts de Ban Ki-moon pour «saper les droits souverains des gouvernements à déterminer le cadre légal où vivent leur citoyens». Le texte s’indignait que les largesses de l’ONU envers les couples gay et lesbiens se fassent aux dépens d’Etats ne reconnaissant pas les mariages entre personnes de même sexe. Il allait même jusqu’à prophétiser une coûteuse avalanche d’unions homosexuelles frauduleuses.

Pour les observateurs, au-delà d’une nouvelle charge antigay, Moscou veut surtout régler ses comptes avec un Ban Ki-moon, perçu comme trop pro-occidental. «La Russie cherche tous les prétextes pour mettre à mal l’autorité du secrétaire général», résume Jessica Stern, de l’International Gay and Lesbian Human Rights Commission.

One thought on “Moscou bloque l’égalité pour les employés gay de l’ONU

  1. Je trouve très bien que votre article couvre cette question qui met à mal les employés LGB à l’ONU. Attention toutefois comment vous présentez la question. Quand vous dites « l’extension des avantages dont bénéficient les employés de l’ONU (tels que rentes, voyages, etc.) ». En fait d’avantages il s’agit pour les employés en couple de même sexe (mariage ou partenariat) d’avoir les mêmes droits que les couples mariés homme-femme; c’est-à-dire le droit à une allocation familiale pour les enfants du couple ou pour un conjoint qui ne travaille pas, également le droit en cas de décès de l’employé le droit pour le conjoint survivant d’avoir une pension de veuf/veuve. Et comme les fonctionnaires internationaux sont mutés régulièrement de pays en pays, la reconnaissance du conjoint permet au fonctionnaire de partir où son devoir l’appelle tout en pouvant continuer sa vie de famille. Sans cette reconnaissance du conjoint, lorsqu’un-e employé-e est posté dans un pays en conflit, par exemple, et qu’il y a une évacuation d’urgence, si le conjoint n’est pas reconnu, ce que veut la Russie, alors il n’y aura pas d’évacuation pour le compagnon ou la compagne. Dans ces conditions bien sûr, il est impossible pour les fonctionnaires LGB d’avoir une vie professionnelle normale.

Comments are closed.