Culture
#Danse

L’Homme rare

Genève, mar 7 février, 20:00
Bars & Clubs
#Cruising

HRDR #13

Bâle, sam 18 février, 23:00
Agenda
#exposition #Théâtre

Daniel Hellmann, Planet Moo

Genève, dim 5 février - jeu 16 février

L’Ouganda drague encore les touristes homosexuels

Les professionnels du tourisme s'inquiètent de voir s'envoler la manne financière générée par le tourisme, une importante ressource pour le pays, suite à la législation homophobe de l'Etat.

N’aie pas peur! Viens, tu n’as rien à craindre. L’Ouganda n’est pas tout à fait Mykonos, il y a mieux comme destination touristique gay-friendly. Après avoir créé un tollé international en instaurant une loi homophobe (invalidée il y a un mois), les professionnels du tourisme ont des sueurs froides en voyant les chiffres. Et font du pied aux homosexuels venus d’ailleurs.

L’argent rend aveugle

Les associations LGBT ont «peut-être exagéré des histoires» pour obtenir des fonds de l’étranger, analyse finement Babra Adoso, de l’Association des tours opérateurs ougandais, au Nouvel Obs’. Quand on sait que le tourisme représente 8,4% du PIB du pays, il y a de quoi mettre des oeillères.

Les associations LGBT ont peut-être exagéré des histoires

Les représentants du secteur ont commis ce qui s’apparenterait à un crime de lèse-majesté en Ouganda. Le 8 septembre, ils se sont rendus à New York pour rencontrer l’International Gay and Lesbian Travel Association (IGLTA), les pros du tourisme homosexuel. Cela pour redorer l’image du pays à l’étranger, et faire revenir la manne financière, après une première tentative en mars dernier.

Protéger les enfant contre les pédophiles

Babra Adoso reste très étonnée des vives réactions soulevée par l’instauration de la loi punissant de prison à vie les homosexuels. Elle pense qu’il y a un malentendu, que son pays a été «mal compris». La loi avait pour unique but de «protéger les enfants» contre les pédophiles. «Nous avons eu des histoires d’enfants emmenés de force au Kenya et contraints, vous savez, de poser nu et tout le reste», explique-t-elle.

Les militants homosexuels ougandais sont outrés par cette démarche: «La liberté doit commencer avec nous!», assène Pepe Julian Onziema, militant de la cause LGBT. Pour lui, il y aurait deux poids, deux mesures: une loi pour les ougandais, et une pour les étrangers: «C’est très difficile pour nous de simplement nous déplacer d’une ville à l’autre». Mais tant que les touristes homosexuels, eux, peuvent allègrement dépenser leur argent, c’est tout ce qui compte.

One thought on “L’Ouganda drague encore les touristes homosexuels

  1. le gouvernement Ougandais peut aller se faire foutre. Les gays iront ailleurs.

Comments are closed.