Montreux
#places à gagner

Raye et Janelle Monáe

jeu 18 juillet, 20:00
Genève

Le Temple: Fusion

sam 6 juillet, 23:00
Lausanne

Babylon Beach

sam 13 juillet, 11:00
Lausanne

Drag Race France Live

sam 2 novembre, 18:30

Les LGBT grecs perdent patience

Le gouvernement ne cesse de repousser les projets de loi sur l'union civile et contre les violences homophobes. Les gays et lesbiennes d'Athènes ont fait entendre leur ras-le-bol, vendredi.

Quelque 500 personnes ont manifesté vendredi soir dans les rues d’Athènes. Elles s’étaient donné rendez-vous dans le quartier de Pangrati, théâtre d’une agression homophobe la semaine passée, et ont marché jusque devant le Parlement grec. Les députés débattait justement d’un projet de loi contre les violences racistes et xénophobes – un texte dont le gouvernement a décidé d’exclure violences visant gays, lesbiennes, bi et trans. Un affront de plus, pour les organisations LGBT. Elles affirment que les agressions homophobes sont en forte hausse à travers le pays. «L’homosexualité se trouve dans de nombreuses espèces dans la nature, l’homophobie dans une une seule» rappelait une banderole déployée pendant la marche.

Au point mort
En outre, les manifestants ont crié leur ras-le-bol devant les atermoiements de l’exécutif sur le dossier du partenariat enregistré pour les couples de même sexe. Le projet de loi est toujours au point mort, en dépit d’une condamnation d’Athènes par la Cour européenne des droits de l’homme, en novembre dernier. Les juges de Strasbourg avaient conclu que l’Etat grec discriminait les gays et les lesbiennes en instituant un union civile réservée aux hétérosexuels.

Le ministre de la Justice, Haralambos Athanasiou, a tenté de justifier ce retard par «des études supplémentaires» pour calculer l’impact de la mesure sur les systèmes fiscaux, sur les assurances sociales et sur la loi de la famille. En fait, ce «pacs» à la grecque se heurte avant tout à une opposition féroce de la droite conservatrice et de la puissante Eglise orthodoxe. Seule l’extrême gauche soutient une telle réforme.

3 thoughts on “Les LGBT grecs perdent patience

  1. Eglise chrétienne = dernière organisme en Europe à préférer la discrimination au vivre ensemble.

  2. L’exclusion des violences homophobes de la loi montre que les atermoiements sur une loi fondant un partenariat civil ouvert aux LGBT n’est pas dû à une quelconque étude d’impact, mais à une volonté de ne jamais faire voir le jour à cette loi. Autrement dit par une homophobie d’état. Car, comment les parlementaires justifient-ils le retrait des violences homophobes de la loi antidiscrimination et antiviolence hormis la volonté de voir ces discriminations et ces violences à l’encontre des LGBT perdurer ! Le gouvernement et les parlementaires grecs font ouvertement preuve d’homophobie et l’influence de l’Eglise Grecque Orthodoxe n’est que l’arbre qui cache la forêt d’un homophobie bien ancrée dans la mentalité de ces hommes politiques.

  3. Quelle tristesse de voir ça dans un pays dont l’immense richessse de la culture grecque témoigne d’une tolérance à l’égard des homosexuels comme on peut le constater sur les fresques de la Tombe du Plongeur. L’Eglise orthodoxe, cette religion chaste et pleurnicharde n’y est évidemment pas pour rien dans cette affaire.

Comments are closed.