Genève

Bingo Divas

jeu 20 juin, 19:00
Lausanne

Extra Viewing Party

sam 22 juin, 18:00
Lausanne

Talent Show Chaud Cho

dim 30 juin, 16:00
Genève

Le Temple: Fusion

sam 6 juillet, 23:00

Loi antigay inapplicable, selon les juges libanais

Statuant sur le cas d'une transsexuelle, un juge a récemment rejeté le recours à l'article 534 du Code pénal, qui punit les relations homosexuelles au Pays du Cèdre.

C’est un arrêt historique qu’a rendu un tribunal libanais, le 28 janvier dernier. Selon le quotidien anglophone de Beyrouth «Daily Star», une transsexuelle mise en cause pour «relations contre nature» a été acquittée par un tribunal de Jdeideh, dans la banlieue de la capitale. Née intersexuée, mais enregistrée comme garçon par l’état-civil, même après son opération de réassignation il y a une vingtaine d’années, la prévenue avait été poursuivie conformément à l’article 534 du Code pénal. Le juge a tranché ce cas absurde en estimant que la disposition pénale était inapplicable: elle ne fournit pas une interprétation claire de ce qui était considéré comme «contre naturel»

Bonne direction
«C’est un grand pas en avant. Cela montre que nous allons dans la bonne direction», a commenté Georges Azzi, cofondateur du groupe LGBT libanais Helem, qui s’est réjoui du fait que le verdict avait été rendu par un magistrat a priori peu sensible à la cause LGBT. «Au moins cet article pourrait ne plus être utilisé pour poursuivre les personnes gay et transgenres au Liban», a-t-il ajouté. De fait, la jurisprudence va dans le sens d’un abandon de l’article 534, En 2009, dans une autre affaire, un juge avait conclu que les relations homosexuelles entre personnes consentantes ne pouvaient être jugées contre nature».

Il reste du pain sur la planche: la police et dans les forces de sécurité continuent de traquer les homosexuels. L’an dernier, encore, plusieurs arrestations abusives ont été menées, souvent accompagnées de violences, d’humiliations et d’intimidations.

One thought on “Loi antigay inapplicable, selon les juges libanais

  1. On va effectivement dans la bonne direction même s’il y a encore du chemin à faire. On garde espoir pour qu’un jour, les rapports homosexuels entre adultes consentants ne soient plus considérés comme des actes criminels dans ce pays.

Comments are closed.