Bienvenue à Beit Shemesh, ville «sans homos»

Moshe Abutbul, élu ultra-orthodoxe controversé, a invité les autorités sanitaires israéliennes à éradiquer l’homosexualité, en prenant exemple sur sa ville, selon lui «sainte et pure».

La principale organisation LGBT israélienne a porté plainte contre le maire ultra-orthodoxe de Beit Shemesh, une cité-champignon du sud-ouest d’Israël. Réélu le mois dernier au terme d’une campagne sur laquelle planent des soupçons de fraude, Moshe Abutbul a estimé, dans une interview à la télévision Channel 10, que le Ministère de la Santé devait s’occuper de «traiter» les LGBT. «Mais nous n’avons rien de tel. Si vous voyez ce que je veux dire, eh bien non. Dieu merci, cette ville est sainte et pure», a-t-il ajouté.

Pour l’Association des gays, lesbiennes, bisexuels et trans en Israël, la déclaration «constitue une incitation à la haine, une invitation à attaquer et à manifester du mépris à l’égard de la communauté», rapporte le site américain The Jewish Daily Forward.

Beit Shemesh, 80’000 habitants, a vu sa population ultra-orthodoxe exploser, ces dernières années. Une situation qui a fait naître des tensions et des incidents parfois violents avec le reste des administrés. Les laïcs accusent les autorités locales de chercher à imposer la loi religieuse sur tout le territoire municipal et à les pousser à partir. Trois-quarts des enfants entrant dans les écoles locales proviennent désormais des milieux fondamentalistes juifs. Selon des projections, la ville accueillera 200’000 habitants en 2020.

2 comments

Parmi les cons, il est dans le peloton de tête.
Malheureusement ce genre de cinglé existe en force dans les 3 religions monothéistes.
Cela ne veut pas dire qu’en étant Gay, Lesbienne, Bi, Trans etc… que l’on ne peut pas appartenir à l’une de ces 3 religions, heureusement!
Ce sont les orthodoxes (pas la religion) et surtout les ultra-orthodoxes qui sont très dangereux et à redouter.

J’ai fait acte d’apostasie en 2002 suite à ma transition et mon changement d’identité. En effet, j’ai voulu me marier à l’église et mon certificat de baptême était à mon nom de « garçon ». Le mariage a l’église m’a donc été refusé. J’ai contacté le nonce apostolique de Paris qui n’a pas souhaité se pencher sur ce cas. J’ai été élevée dans la religion catholique, j’aurais aimé que mon couple soit béni lors d’une cérémonie religieuse. Je n’y ai pas eu droit, alors je me suis faite « débaptiser », on appelle cela « faire acte d’apostasie ». Aujourd’hui je suis donc agnostique…

Comments are closed.

À lire également