Lausanne

Grande rencontre des parentalités queers

sam 27 avril - dim 28 avril
La Chaux-de-Fonds

Bang! Bang!

mer 15 mai - sam 25 mai
Lausanne
#places à gagner

Sainte-Aube

mar 7 mai, 18:30
©larissa_fuerderer
Lausanne
#Humour

Edwin Ramirez

ven 26 avril - dim 28 avril

Une loi gay-friendly fait renaître un bled perdu

Au fin fond du très conservateur Kentucky, Vicco a adopté une loi interdisant la discrimination des LGBT. La démarche rapporte une manne financière et une floraison de projets à ce hameau oublié.

L’année dernière, l’Amérique ignorait tout de Vicco. Il faut dire que ce village endormi des Appalaches, avec ses rues envahies par les mauvaises herbes et ses bâtiments abandonnés, ressemble à beaucoup d’autres, dans un coin du Kentucky marqué par les ruines de son passé minier. Un paysage a priori peu hospitalier pour les LGBT. Et pourtant, en janvier dernier, Vicco a adopté une ordonnance interdisant la discrimination basée sur l’identité de genre et sur l’orientation sexuelle dans les services publics, le logement et l’emploi. Jusque là, seules cinq grandes villes de l’Etat – très conservateur – avaient pris de telles dispositions.

Barouf
Un bled de 330 habitants à l’avant-garde des droits LGBT: l’affaire n’est pas passée inaperçue. La ville a été citée en exemple par des politiciens, dont la juge de la Cour suprême Elena Kagan. Vicco a eu son quart-d’heure de gloire dans les médias américains, qui se sont pressés dans ses (deux) rues. «Je ne trouve pas que ce soit si divertissant, mais d’autres pensent que c’est une situation insolite», soupire le maire, Johnny Cummings, un coiffeur ouvertement gay à l’origine du texte. «On s’est amusé de tout ce barouf, ajoute le chef de la police locale, Tony Vaughn, mais notre but est de faire revivre une petite ville, d’avoir des jobs et de revitaliser le secteur.»

Pour l’instant, Vicco n’a pas vu affluer des gays désireux de goûter aux plaisirs de la vie rurale. En revanche, de nouvelles perspectives se sont ouvertes. Si la mairie a reçu quelques lettres de désapprobation, elle a surtout vu arriver une avalanche de courrier de soutien. Et des dons, allant de 25 dollars «pour payer la tournée de bières» à 90’000 dollars, promis par une famille californienne pour payer un terrain de jeu flambant neuf aux enfants du village. Au total, c’est une manne de 200’000 dollars qui devrait aboutir dans les caisses municipales, soit deux tiers du budget annuel de la ville. L’argent devrait servir à aménager les bords de la rivière locale pour les promeneurs et les pêcheurs, mais aussi à restaurer des bâtiments à l’abandon et à réparer les trottoirs. Cerise sur le gâteau, un projet de téléréalité consacré à la renaissance du village est actuellement en préparation.

Exemple
Surtout, la démarche de Vicco donne des idées aux autres localités de la région, qui débattent également de lois similaires. Pour Chris Hartmann, de Fairness Campaign, un groupe LGBT de l’Etat, le cas de Vicco montre à quel point les habitants du Kentucky et de l’Amérique rurale en général, souhaitent «se débarrasser des stéréotypes» qui leur collent à la peau. Malgré cela, tout le monde n’est pas ravi de la nouvelle étiquette LGBT-friendly de Vicco. Certains locaux auraient même menacé de déménager. «Mon avis, explique Kim Sturgill, une habitante de la région, était qu’ils auraient mieux fait de garder ça dans le placard. Ce que les gens font, c’est leur affaire, mais là, on met le bazar dans la ville».

Source: AP/HuffPo

One thought on “Une loi gay-friendly fait renaître un bled perdu

Comments are closed.