Community

Cérémonie interreligieuse et marche commémorative

Genève, jeu 1 décembre, 18:30
Culture

Foucault en Californie

Lausanne, ven 2 décembre, 20:00 - sam 17 décembre, 17:00
Bars & Clubs

Dialogai fait sa crise

Genève, sam 3 décembre, 22:00

Ne dites surtout pas qu’Oman est un pays gay-friendly

Un journal qui avait eu l'impudence d'écrire que le Sultanat était plus tolérant que ses voisins du Golfe vis-à-vis de l'homosexualité a été contraint à un mea culpa humiliant.

Hebdomadaire destiné aux expatriés, le journal anglophone «TheWeek» présente une drôle de Une, cette semaine. En énormes caractères, on peut y lire:

«TheWeek» tient à certifier qu’il n’y a jamais eu d’intention de nuire, volontairement ou involontairement, ou d’offenser les sentiments des gens avec notre article de la semaine dernière, et nous regrettons profondément et sincèrement l’article

Quelle atrocité ont donc commise les journalistes de cette publication pour justifier des excuses aussi humiliantes (et aussi bizarrement formulées)? Selon Gay Star News, tout est parti d’un article sur la vie d’un jeune gay à Oman, publié la semaine précédente. Son auteur avait eu l’impudence de mentionner, en passant, que le Sultanat était plus tolérant envers l’homosexualité que les Etats voisins de la Péninsule arabique.

Inacceptable
Cette observation, a priori plutôt exacte, a immédiatement provoqué un scandale. Un membre de la Shura, le conseil traditionnel qui sert de parlement au Sultanat, a accusé «TheWeek» de «promouvoir Oman comme un territoire d’accueil pour l’homosexualité». «Inacceptable» et «attentatoire à la réputation du pays», selon lui. Les rapports contre nature restent punissables de 3 ans de prison, à Oman.

«TheWeek» n’a pas vraiment pu compter sur le soutien de l’Association des journalistes d’Oman. Cet organisme professionnel en a même jeté de l’huile sur le feu, en invitant le Ministre de l’Information à suspendre la publication et à traduire l’auteur et l’éditeur en justice.

3 thoughts on “Ne dites surtout pas qu’Oman est un pays gay-friendly

  1. On peut au moins se donner l’impression de voyager dans le temps lorsqu’on se rend dans de tels pays.

Comments are closed.