Monde

Des escrocs profitaient de la détresse des «femmes de gays»

Un forum qui avait attiré l’attention de la presse mondiale en brisant le silence entourant les Chinoises mariées à des homosexuels s’est révélé une coquille vide doublée d’une arnaque.

Au mois de février dernier, de nombreux médias internationaux évoquaient le sort des femmes chinoises ayant, sans le savoir, épousé des hommes homosexuels. Leur nombre serait estimé à 16 millions, victimes collatérales du tabou social où vivent la plupart des homosexuels chinois. Un site internet, Tongqijiayuan («Le pays des femmes de gays»), s’était créé six mois plus tôt, pour leur venir en aide. Ce site, né sous forme de blog créé par une habitante de la province de Shaanxi, Yao Lifen, était devenu un forum de soutien à cette population méconnue.

Or Tongqijiayuan est revenu depuis peu dans l’actualité, sous un jour beaucoup moins flatteur. Il aurait servi à Yao et à son nouveau compagnon An Yao pour escroquer des milliers d’utilisatrices. Beaucoup auraient été persuadées de verser des sommes allant jusqu’à 6500 yuan (780 euros, 975 fr.) sous prétexte de «difficultés financières» et afin de garantir des «aides pratiques» aux femmes de gay, entre autres dans leurs procédures de divorce. Mais l’aide et les conseils promis ne se sont jamais concrétisés pour les 3800 inscrites sur le forum. Pire: celles qui auraient demandé un remboursement de leur argent auraient reçu la menace de voir leur nom exposé en tant que femmes de gay. Yao est désormais injoignable et le site ne répond plus, constate «China Daily».

Surestimation
La démarche de Yao, pourtant soutenue par un sociologue, Zhang Bei-chuan, avait suscité de la méfiance de la part de militants gay chinois. Ils estimaient le chiffre de 16 millions invérifiable et probablement exagéré. Zhang Bei-chuan, quant à lui, a estimé que cette malheureuse affaire ne faisait que confirmer la détresse des femmes de gay: «Cela montre à quel point ce groupe vulnérable dispose de peu de ressources et de canaux d’entraide.»

Thèmes: Chine  Faits divers  Femmes 

À lire également