Culture Cinéma

Émancipation féminine en Arabie saoudite

10 août 2020

Nora Al Awadh dans «The Perfect Candidate» de Haifaa al-Mansour © DR

Dans «The Perfect Candidate», Haifaa al-Mansour suit le parcours médical et politique semé d’embûches de Maryam.

Médecin dans une petite ville d’Arabie saoudite, Maryam pose sa candidature à un poste de chirurgien dans un grand hôpital et doit se rendre à Ryad. Mais, célibataire et faute d’une autorisation de son père, on lui refuse le droit de prendre l’avion. Révoltée, la jeune femme décide de se présenter aux élections municipales.

«The Perfect Candidate» est signé Haifaa al-Mansour. Cette réalisatrice saoudienne de 45 ans est notamment l’auteur de «Wadjda» (2013), premier long métrage officiel produit par l’Arabie saoudite et surtout réalisé par une femme. Avec cette nouvelle histoire d’émancipation elle témoigne, six ans plus tard, des changements qui se sont produits dans son pays. Symbole de cette transformation, le film commence avec Maryam, au volant de sa voiture, l’autorisation de conduire ayant été délivrée en 2018. Et depuis août 2019, elles ont entre autres le droit de voyager sans l’accord d’un tuteur.

Mais en dépit de ces bouleversements, les Saoudiennes craignent encore de s’approprier ces nouvelles libertés. D’où le désir de la cinéaste de montrer le quotidien d’une femme représentative de la mentalité de ses congénères. Traditionnelle, culturellement conservatrice, elle se couvre les cheveux et le visage, mais tentera de s’affranchir des restrictions sociales pour mieux faire son travail, tout en encourageant d’autres femmes à se jeter à l’eau.

Ce mercredi dans les salles romandes

À lire également