Suisse

Une conférence interrompue par des militant·e·x·s trans* à l’université de Genève

@Mercedes Mehling on Unsplash

Le vendredi 29 avril, des membres du CRAQ, le Collectif Radical d’Action Queer, ont interrompu une conférence jugée transphobe.

Par

Rédacteur en chef

C’est avec une banderole affichant le slogan «La transphobie tue», et en scandant le mot «psy, transphobes, assassins», que les militant·e·x·s ont empêché la tenue d’une conférence portant sur le livre La fabrique de l’enfant transgenre – comment protéger les mineurs d’un scandale sanitaire?

L’ouvrage est écrit par Caroline Eliacheff et Céline Masson, toutes deux psychanalystes. Dans ce dernier, elles clament que «La transidentité […] relève d’une subculture idéologique contagieuse transmise via les réseaux sociaux, se rapprochant par maints aspects de l’emprise sectaire.»

Les manifestant·e·x·s jugent que les propos tenus par ces chercheuses sont «ouvertement transphobes», car «empêcher une transition a un impact direct sur la santé mentale et peut mener au suicide.» Ainsi, iels ont refusé de dialoguer avec les conférencières, soulignant le fait que «débattre d’un discours, c’est déjà le considérer audible», d’après l’échange entre un activiste du CRAQ et le quotidien gratuit 20 Minutes.

L’université de Genève n’est pas l’organisatrice de cette conférence. Elle s’est cependant exprimée par le biais de son porte-parole: «Le refus du dialogue exprimé par ce groupe de militant·e·x·s est totalement contraire à la démarche académique, nous ne pouvons en aucun cas la cautionner.»

_________________
2 mai 2022   Thèmes: Étiquettes :

À lire également