Lausanne

Everybody Pride Prelude

sam 1 juin, 20:00
La Chaux-de-Fonds

Bang! Bang!

mer 15 mai - sam 25 mai
Genève
#exposition

Ex-eroticis: Art et fierté du livre secret

ven 26 avril - ven 31 mai

Initiative PDC: la campagne LGBT ne suffit pas

Initiative PDC: la campagne LGBT ne suffit pas

A un mois de la votation sur l'initiative contre la «pénalisation du mariage», qui veut doter la Suisse d'une définition strictement hétérosexuelle du mariage, des sondages poussent les opposants à changer de tactique.

Après celui de «20 minutes», le sondage GFS pour la SSR paru ce vendredi le confirme: l’initiative du Parti démocrate chrétien (PDC) contre la «pénalisation du mariage» a la cote auprès des Suisses. Deux tiers des personnes interrogées se disent favorables au texte soumis à votation le 27 février, qui entend introduire dans la Constitution une description restrictive du mariage. Seuls 21% se disent contre. «Nous devons mieux nous expliquer à la population, reconnaît la conseillère nationale vert’libérale Kathrin Bertschy, interrogée par le quotidien bernois «Der Bund». Sur 20 couples mariés 19 profitent déjà d’un bonus au mariage. Nous voulons aussi supprimer la pénalisation, mais pas comme ça.»

Le conseiller national Hans Peter Portmann (PLR), coprésident du comité pour le «non» à l’initiative du PDC, fait un diagnostic sévère: la campagne se concentre trop sur la définition du mariage. Cette question est au premier plan, relève-t-il, «car l’argent de la campagne vient principalement de cercles LGBTI». Ainsi Pro Aequalitate, qui regroupe les associations LGBTI de tout le pays, mène la bataille contre un texte perçu comme une manœuvre électorale destinée à empêcher une future ouverture du mariage à tous les couples. C’est une «stratégie à haut risque», estime Portmann. Elle est susceptible de ne décider, selon lui, que 15 à 20% des électeurs.

Insister sur le coût
Les partisans du «non» veulent à présent insister sur d’autres arguments, qui s’attaquent au cœur de l’initiative du PDC, comme ses conséquences sur les couples qui ont choisi d’autres formes de vie commune, sur la question de l’imposition individuelle, sur l’emploi des femmes… et surtout, sur le coût de ces mesures pour la collectivité. En effet, l’initiative pourrait entraîner une baisse des recettes fiscales de 2,3 milliards de francs, soulignent les opposants. Au bénéfice, le plus souvent, de couples à revenus élevés.

A un mois de la votation, il est temps que les partis politiques, très peu investis pour l’instant, se réveillent. Bastian Baumann, secrétaire national de Pink Cross, partage l’avis que l’argumentaire du «non» doit être élargi. Il constate toutefois, qu’avec seulement 100’000 francs à disposition, «la marge de manœuvre est très limitée».

«Avançons ensemble» en tournée

Rencontrer la population et sensibiliser les électeurs aux enjeux d’une initiative trompeuse: c’est l’objectif du «road tour» entamé par Avançons ensemble, la campagne pour le non à l’initiative du PDC mise sur pied par le collectif LGBTI Pro Aequalitate. La tournée a commencé la semaine passée en Suisse orientale. Le triporteur aux couleurs de la campagne met le cap à l’ouest dès la semaine prochaine avec des étapes à Berne (30 janvier), à Bienne (4 février), puis à Neuchâtel (11 février), Lausanne (13 février) et enfin Genève (20 février). Le comité cherche des bénévoles pour assurer ces présence ou distribuer des flyers et invite chacun-e à relayer l’événement sur les réseaux.

» www.avancons-ensemble.ch/roadtour

3 thoughts on “Initiative PDC: la campagne LGBT ne suffit pas

  1. Manifestement, les gens ont de la peine à comprendre ce qu’on leur parle d’un mariage pour tous qui n’existe pas en Suisse dans le cadre de cette votation qui n’a a priori rien à voir. Il est temps d’attaquer la question de fond: à savoir que cette initiative est inutile, chère (et dieu sait si on aime ce genre d’argument dans ce pays), électoraliste et qu’elle bénéficiera à des ménages aisés.

  2. Je dirais même au plus simple que c’est du racisme. Bah oui.
    Le racisme n’est pas forcément que sur les gens de couleurs mais aussi sur l’orientation sexuelle.

Comments are closed.