Bars & Clubs

Bouge Ton Faro

Genève, sam 2 mars, 23:00
Bars & Clubs

Bordello Easter

Lausanne, dim 31 mars, 23:00
Community

Xperience Swiss Fetish Weekend

Berne, sam 24 février, 13:00

L'éducation, un rempart contre les discriminations

Chaque mois 360° aborde un sujet lié à l’homophobie. Dans le cadre de cette série: les écoles, où il est grand temps d’élaborer une prévention digne de son nom.

Sous l’impulsion de la Fédération genevoise des associations LGBT, en partenariat avec le canton de Genève notamment, les premières Assises contre l’homophobie ont été organisées les 4 et 5 septembre 2009 sur le sol genevois. Deux jours pour dénoncer l’hétérosexisme institutionnalisé, l’homophobie son alter ego et pour parler d’orientation sexuelle multiple, de discrimination, de prévention.

Il est essentiel que la prévention contre l’homophobie passe par l’éducation. Elle doit s’inscrire beaucoup plus visiblement dans les établissements scolaires. D’autant plus que l’école elle-même reproduit des discriminations.

Pourquoi est-ce si difficile d’être un ou une ado homo ? Parce que les valeurs transmises par la société sont tacitement hétérosexistes : Cendrillon se marie avec un prince, les filles flirtent avec des garçons, les garçons tombent amoureux des filles. Et tout le monde aura beaucoup d’enfants. C’est la norme du plus grand nombre depuis la nuit des temps. Sauf qu’il faudrait envisager des exceptions à la règle en commençant par imaginer que Fantômette tombe raide dingue de Catwoman ou que le Schtroumpf farceur en pince pour Gargamel. Il y a urgence, trop d’adolescents se suicident uniquement pour une orientation sexuelle qui déroge aux principes d’une majorité. D’où l’importance d’empoigner cette question.

En 2009, l’enseignante vaudoise Elisabeth Thorens-Gaud a créé le site mosaic-info, une plateforme d’information pour les jeunes, les intervenants en milieu scolaire et les parents. Partiellement subventionné par les pouvoirs publics vaudois et genevois depuis la rentrée scolaire 2010, le site fournit des outils pour lutter contre les préjugés liés à l’orientation sexuelle. Engagée pour l’instant à 24% par les deux cantons comme «attachée aux questions d’homophobie et de diversité», l’enseignante souligne pourtant le caractère «ambitieux» de sa tâche. La rédaction de son ouvrage : Adolescents homosexuels, des préjugés à l’acceptation, est à l’origine de son engagement.

Cent trente exemplaires ont d’ailleurs été récemment distribués dans les établissements scolaires vaudois. Ce qui constitue déjà un bon début.

En 2011, en partenariat avec Genève et Vaud, l’enseignante a mis sur pied un concours d’affiches sur le thème de l’homophobie. Ouvert aux jeunes de 16 à 25 ans, il vise à sensibiliser le grand public. Les résultats seront annoncés le 17 mai prochain, lors d’une cérémonie à la Comédie de Genève en présence des conseillers d’Etat en charge de la formation, Charles Beer et Anne-Catherine Lyon.

L’affiche gagnante sera visible dans les rues des deux cantons au mois d’octobre prochain. Financées cette fois par l’UNIL et l’EPFL, les douze affiches les plus significatives seront également à disposition des institutions et établissements scolaires pour des expositions itinérantes.

Plus localement, dans le cadre d’un conseil des jeunes créé fin 2010 à Lausanne, une commission constituée par dix adolescents s’est donnée pour mission la prévention de l’homophobie à l’école. «Actuellement en projet, il est déjà remarquable qu’une telle initiative puisse être engagée par les jeunes eux-mêmes», remarque le délégué à la jeunesse Tanguy Ausloos.

Bien que l’organisation des Assises, soutenues par les pouvoirs publics, démontre une prise de conscience évidente, les choses semblent évoluer au rythme helvétique, lentement mais sûrement.

En résumé, Cendrillon devra encore patienter avant de draguer Blanche Neige dans les cours de récréation.


Le suivi des Asises aura lieu le 14 septembre 
à l’Unimail de Genève