Sexualités

Pet vaginal : La plus douce des flatulences

Je savais que le vagin parlait – qu’il monologuait même en certaines occasions. En revanche je dois avouer ma stupéfaction quand j’ai appris qu’il ne s’interdisait pas de péter. Levons donc un coin du mystère d’une main, en nous bouchant les narines de l’autre.

Le pet peut intervenir jusqu’à quelques minutes après le rapport sexuel. Ce prout sonore, aussi incontrôlable que gênant, n’est rien à côté du pet qui se produit pendant la pénétration. Quelle en est la cause? Il se peut que les parois du vagin enserrent imparfaitement le phallus de monsieur (ou tout autre phallus, d’ailleurs), qui y introduit alors un peu d’air. Celui-ci ressort du vagin en émettant un bruit caractéristique et répétitif des plus grotesques. Cette pétomanie intempestive n’étant pas du meilleur effet au zénith d’une nuit torride, il existe quelques moyens d’y remédier. L’utilisation de gel soluble à l’eau, par exemple, permet d’obtenir une meilleur adhérence entre la verge et le vagin. Toutefois, ce phénomène peut être le signe d’un relâchement vaginal, entraînant du même coup une diminution de la sensation. D’origines diverses, cette hypotonicité du vagin est susceptible d’être contrecarrée avec un petit programme de «kinésithérapie périnéale»: un programme de musculation très, très localisé.
La bonne nouvelle, c’est qu’à la différence de son homologue intestinal, le pet vaginal sent bon. Ce n’est pas une raison pour abuser de ces «perles de plaisir», par exemple en soufflant dans le vagin lors de séances de cunnilingus endiablées. Vous n’y pensez pas! L’air insufflé peut rester dans l’abdomen et provoquer de vives douleurs. Sachez donc apprécier musicalement comme François Villon, poète de la Renaissance, qui s’exclamait: «Nopces ce sont, c’est belle mélodie!*»

(* Librement traduit par «C’est une partouze! Quel beau concert de pets!»)

Thèmes: Femmes  Santé  Sexualités 

À lire également