L’actu LGBT d’ailleurs…

Mobilisation pour un réfugié, travaux d’intérêt général et norme pénale… La sélection de ce qu’il ne fallait pas manquer de l’actualité lesbienne, gay, bi et trans, ce mois-ci chez nos confrères…

29 novembre – En acceptant mercredi de sanctionner l’homophobie, les sénateurs ont fait un pas historique pour protéger les homosexuels. Les transgenres et intersexes, en revanche, restent exclus des dispositions sous d’obscurs motifs juridiques. «Le Temps» fait le tour des réactions en Suisse romande au sein d’une «communauté LGBT déchirée».
28 novembre – Nouvelle pépite dans l’émission «Les pieds sur terre» sur France Culture: «Maman, papa, je suis travailleuse du sexe». Anne-Sophie Lepicard et Inès Léraud recueillent les récits de Mia et Myrah, qui racontent, avec humour et émotion, comment elles ont révélé leur activité à leurs proches. Puis la parole passe à l’une des mamans. «Je me suis dit qu’elle était totalement en perdition. Puis elle m’a dit « je gère » et je lui ai fait confiance.»
21 novembre – Quand la xénophobie rejoint la sérophobie… Les autorités régionales italiennes voudraient se prémunir des passagèr·e·s de l’Aquarius, dont les vêtements seraient, entre autres, «porteurs du VIH», relate Komitid. Une enquête a ainsi été ouverte sur le bateau de l’organisation humanitaire SOS Méditerranée, toujours bloqué à Marseille, qui est accusé d’avoir caché la nature toxique des habits jetés par les migrants récupérés à bord.
15 novembre – Michaël ne doit pas être renvoyé au Nigeria. Le collectif lorrain Couleurs gaies a lancé une pétition en faveur du jeune réfugié de 24 ans, qui fréquente l’association depuis deux ans. «C’est une situation incroyable», dit Matthieu Gatipon-Bachette, président de Couleurs gaies au site Hornet. «Nous recevons beaucoup de demandeurs d’asile. Michael a un dossier béton.» En témoigne des coupures de la presse locale, où est relatée la tentative de lynchage visant Michaël, qui a coûté la vie à son compagnon. Pourtant la demande d’asile a été rejetée en première instance et en appel.
14 novembre – Evoquant les grands moments de sa carrière, Olivier Giroud a glissé son opinion sur l’homosexualité dans le foot. Dans «le Figaro», l’attaquant des Bleus confie avoir été impressionné par l’Allemand Thomas Hitzlsperger, sorti du placard lors de sa retraite, en 2014: «C’était fort en émotion. C’est là où je me suis dit qu’il était impossible d’afficher son homosexualité dans le football. Dans un vestiaire, il y a beaucoup de testostérone, de chambrage, les douches collectives… C’est délicat mais c’est comme ça. Je comprends la douleur et la difficulté des gars à faire leur coming out.»
7 novembre – Dans un post sur son blog, Didier Bonny, coprésident des fédérations genevoise et romande des associations LGBT, se réjouit d’un nouveau pas dans la longue, très longue marche vers une norme pénale incluant l’homophobie et la transphobie en Suisse. Après le Conseil national, c’est la Commission des affaires juridiques du Conseil des Etats qui a donné son feu vert le 7 novembre, mais de peu: seule la voix du président a fait pencher la balance en faveur du projet comprenant l’identité de genre. Reste à la Chambre haute à trancher en plénum.
7 novembre – La maire de Paris souhaite faire condamner les auteurs de violences homophobes à des travaux d’intérêt général directement effectués dans les associations d’aide aux personnes LGBT+. Cette annonce n’est pas forcément vue d’un bon œil par les principales concernées. Si elles s’accordent toutes à reconnaître les vertus pédagogiques d’une telle mesure, elles se questionnent sur sa mise en œuvre réelle, rapporte Têtu.com.
Le Centre LGBT Paris-Ile de France.
6 novembre – L’élection le 28 octobre, du président Jair Bolsonaro, ouvertement homophobe, a accentué le désarroi de la communauté LGBT brésilienne. «Le Monde» sonde l’ambiance dans des associations où les militants craignent une aggravation des violences, déjà endémiques dans le pays, visant les homosexuels et surtout les personnes trans, ainsi qu’un retour de bâton de la part des évangéliques, principaux soutiens du nouveau chef de l’Etat.