Propagande gay? Des dessins d’enfants saisis par la police russe

Des policiers ont confisqué des œuvres qui faisaient partie d’une exposition sur le thème de la tolérance, dans une école d’Ekaterinbourg.

La sinistre loi russe contre la propagande homosexuelle a encore frappé. Cette fois, c’est une exposition de dessins d’enfants et d’adolescents qui est la cible des autorités. La presse d’Ekaterinbourg, la grande ville de l’Oural, a fait une descente cette semaine dans l’école No.115 pour y saisir des œuvres réalisées par des jeunes de 11 à16 ans à l’occasion de la Journée internationale de la tolérance de l’ONU, célébrée le 16 novembre.

Dix-sept dessins auraient été saisis. L’un d’eux mentionnait «On ne choisit pas son apparence, son orientation, sa race. On est tous unique à sa manière», accompagné de silhouettes de couples gay, lesbien et hétéro, d’autres comportaient des arc-en-ciel, selon le site Ura.ru, relayé par le site du «Moscow Times». Un enseignant ayant organisé l’exposition aurait été interrogé.

«Vérifications»
«Nous sommes en train de vérifier si cet événement était vraiment consacré à la Journée de la tolérance», a indiqué le porte-parole de la police régionale. Cette dernière aurait été alertée par des parents d’élève. Instituée en 2013 par Vladimir Poutine malgré un tollé international, la loi russe contre «propagande de relations sexuelles non traditionnelles» est censée «protéger» les mineurs. En réalité, le texte, qui prévoit de lourdes amendes contre les contrevenants, est utilisé pour bâillonner toute revendication LGBT dans la fédération.

À lire également