Thonon-les-Bains

Roller Disco Pride

sam 25 mai, 17:00
Genève

Le T-dansant «voltige et papillonne»

dim 26 mai, 17:00
Genève
#Table ronde

Aide humanitaire et coopération face aux personnes LGBTIQ+

jeu 23 mai, 19:00
Lausanne

Everybody Pride Prelude

sam 1 juin, 20:00

Les gays kurdes donnent de la voix

Tiré à 2000 exemplaires, «Hevjin» est le premier magazine LGBT destiné aux Kurdes de Turquie. Un défi au pouvoir et au mouvement gay émergent dans le pays.

Etre une minorité à l’intérieur d’une autre minorité – toutes deux réprimées par le pouvoir – n’a pas arrêté Solin et Koya, un gay et une lesbienne kurdes de fonder il y a peu la première publication destinée au LGBT kurdes de Turquie. Son nom: «Hevjin», «Ensemble» en kurde, également le nom d’une association active dans le sud-est de l’Anatolie à majorité kurde, mais aussi dans l’ouest du pays où vit une importante diaspora.

Les 2000 exemplaires de cette revue sont distribués dans des cafés et librairies, essentiellement à Diyarbakir, la «capitale» de cette région sous haute surveillance par le pouvoir d’Ankara. «Les gens ici voient l’homosexualité comme un poison ou une maladie», constate Solin, interviewé par le site Eurasianet.org. Son objectif: sortir enfin de la clandestinité. «Nous voulons voir comment les gens vivent leur sexualité ici. Il y a 15 millions de Kurdes, et 1 sur 10 doit être gay, mais où sont-ils?»

Malgré – ou peut-être à cause – d’une évolution des mentalités rapides, le mouvement LGBT émergent en Turquie fait face à des attaques de la part de l’AKP islamiste au pouvoir. «Kaos GL», la principale revue LGBT du pays a connu plusieurs interdictions, notamment pour pornographie ces cinq dernières années. Et les autorités locales, même à Istanbul, maintiennent une pression constante sur les associations. Dans ces conditions, «Hevjin» fait face à un défi supplémentaire: la méfiance d’une partie de la communauté LGBT turque, hostile à l’affirmation identitaire des Kurdes du pays.

One thought on “Les gays kurdes donnent de la voix

  1. Après toutes les attaques de l’AKP au pouvoir et pressions des autorités locales à Istanbul contre cette association LGTB , la Turquie essaie encore de nous faire croire qu’elle est un pays remplissant toutes les conditions pour adhérer à l’union Européenne .
    N’aurait-elle pas omis de considérer les droits de l’homme et de la femme ?

    Mais que voulez vous , pas étonnant , car dans n’importe quel pays musulman , les principes religieux sont intégrés aux lois et appliqués par le pouvoir.
    C’est pourquoi par exemple , en Algérie il y a une loi en vigueur qui condamne tout musulman se convertissant à une autre religion à une peine d’emprisonnement ou une amende extrêmement salée.

    La religion musulmane n’est pas compatible avec : nos droits de l’homme et de la femme , nos droits au libre choix de conversion à une religion , nos droits à l’égalité des sexes , et nos droits au libre choix d’orientation sexuelle.
    La seule façon pour que cette religion devienne compatible avec nos droits fondamentaux est qu’elle accepte de se reformer , mais cela m’étonnerait fort , car elle interdit quiconque de tenter de la reformer sous menace de mort ou de condamnation au purgatoire.

    je plains juste les rares malheureux homosexuels , ou musulmans convertis à une autre religion , ou filles aux moeurs libérées et pas vierges avant le mariage , osant afficher leur style de vie publiquement et les conséquences qu’ils et elles subissent.

Comments are closed.