Monde

Nageuses trans* : la Fina ouvre une «catégorie ouverte»

Dans une volonté d’inclusion, la fédération internationale de natation a annoncé l’ouverture d’une catégorie destinée aux nageuses trans*. Une décision qui est loin de faire l’unanimité.

À l’occasion des championnats du monde grand bassin en Hongrie, la Fédération internationale de natation (Fina) a décidé le 19 juin 2022, à l’issue d’un congrès extraordinaire, d’adopter une nouvelle politique d’«inclusivité».

Il s’agirait de mettre en place une «catégorie ouverte» aux athlètes transgenres, réservée à elles seules. Cela signifierait que les athlètes assignées hommes à la naissance ne pourront concourir dans les catégories féminines de la Fina, ou établir des records mondiaux féminins, qu’à la condition qu’elles aient fait leur transition avant la puberté établie à 12 ans.

La compétition masculine resterait quant à elle ouverte à tous·tes·x.

Le groupe de défense des intérêts des athlètes LGBTIQ+ Athlete Ally a jugé cette décision injuste et a tweeté: «Les nouveaux critères d’éligibilité de la FINA pour les athlètes transgenres et les athlètes présentant des variations intersexuelles sont discriminatoires, nuisibles, non scientifiques et non conformes aux principes du CIO de 2021. Si nous voulons vraiment protéger le sport féminin, nous devons inclure toutes les femmes.»

De son côté, la nageuse trans* Lia Thomas s’est dit «dévastée» considérant que cette mesure «ne préserve pas l’intégrité du sport féminin. Elle renforce le contrôle néfaste du corps des femmes et la dégradation continue et l’altérité des personnes trans* qui subissent déjà une discrimination massive dans ce monde»

En outre, de nombreuses personnes dénoncent l’absurdité de la limitation d’âge à 12 ans. En effet, rares sont les personnes trans* qui bénéficient d’un quelconque traitement hormonal avant cet âge.

 

_________________
21 juin 2022   Thèmes: Étiquettes :

Laisser un commentaire

*

À lire également