Monde Asie

Un peu plus de bonheur pour les gays bhoutanais

13 déc. 2020

Le monastère de Taktshang, un des sites les plus célèbres du Bhoutan. Photo: Pixabay/CC

Le petit royaume himalayen du Bhoutan est en passe, à son tour, de décriminaliser l’homosexualité.

Surtout connu pour son «bonheur intérieur brut», le royaume du Bhoutan a sans doute encore gagné quelques points cette semaine. Jeudi, les parlementaires de ce pays himalayen de 800’000 habitants ont, à l’unanimité, amendé la section 213 du Code pénal. Si la «conduite sexuelle contre nature» restera dans la loi, celle-ci ne pourra plus s’appliquer aux homosexuels adultes et consentants.

Avec cette réforme, qui doit encore être ratifiée par le roi, le Bhoutan rejoint l’Inde voisine qui avait, en 2018, effacé les dispositions antigay héritées du code colonial britannique du XIXe siècle. Depuis 2004, personne au Bhoutan n’avait été traîné en justice en vertu de cette anachronique section 213, par ailleurs très critiquée par la communauté internationale.

Encore du pain sur la planche

La réforme à été portée par le Ministère de la santé, désireux de prévenir plus efficacement le VIH auprès de la communauté gay. Bien que discrètes, les organisations LGBTQ+ bhoutanaises ont ainsi joué un rôle indirect. «Ce que nous avons fait c’est de montrer aux gens que l’on existait», explique Tashi Tsheten, du groupe Rainbow Bhutan, au «New York Times». Le militant souligne que ce n’est pas la fin des discriminations dans le pays, où les personnes LGBTQ+ font couramment l’objet de rejet social, de harcèlement, voire de chantage.

À lire également