Lausanne

La Messe 3.0

sam 22 juin, 22:00
Lausanne

Extra Viewing Party

sam 22 juin, 18:00
Montreux
#places à gagner

Henry Moodie + Lauren Spencer Smith

ven 5 juillet, 20:30
Lausanne

Talent Show Chaud Cho

dim 30 juin, 16:00

France – Les associations réagissent à l’entente parlementaire contre l’adoption

Dans un communiqué de presse publié hier, jeudi 12 janvier, suite à l'entente parlementaire contre l'adoption d'enfants par des couples du même sexe signée par 174 parlementaires UMP et UDF (49 sénateurs et 125 députés), l'Association des parents et futurs parents gay et lesbiens (APGL) demande «que les discriminations cessent et que (les) enfants (de parents homosexuels) bénéficient de la même protection que les autres»

Selon l’APGL, cette entente, qualifiée d’«affligeante» et de «prise de position idéologique», ne reflète pas l’avis de la population française qui, selon un sondage Harris réalisé en octobre 2005, pense dans 66 % des cas que les homosexuels peuvent être de bons parents. L’association rappelle que des milliers d’enfants vivent déjà dans des foyers homoparentaux et que selon les études existantes, «ils ne présentent pas de différences avec ceux élevés dans des familles plus traditionnelles». Les mêmes données sont évoquées dans son communiqué de presse par Gay Lib, association homosexuelle affiliée à l’UMP, qui rappelle que ce «combat d’arrière-garde dépassé» n’engage que les signataires du texte et non l’ensemble de l’UMP. «Cela ne m’étonne pas que dès qu’il y a une possibilité pour que les choses changent, certains députés se présentent comme des gardiens du temple», a commenté Eric Garnier, président de l’APGL, en faisant référence aux travaux de la mission d’information parlementaire sur la famille et aux prochaines échéances électorales. Le texte de l’entente lui-même reconnaît une certaine avancée puisqu’il débute ainsi: «Le mariage et l’adoption d’enfants par deux personnes du même sexe sont, déjà, au cœur du débat politique. Portées par certains, ces revendications seront des enjeux majeurs lors des élections de 2007.» Tandis qu’Act Up-Paris ironise sur l’absurdité de l’argument du «droit fondamental de l’enfant d’être accueilli dans une famille composée d’un père et d’une mère» et propose «que les préfectures fassent tout leur possible pour faire mettre les enfants de mères ou pères célibataires en foyer», le Collectif contre l’homophobie de Montpellier invite les parlementaires du Languedoc-Roussillon et de l’Aveyron qui ont signé l’appel «à accepter et à assumer le débat de société» que les associations demandent depuis des années. De son côté, outrée par la multiplication de «déclarations hostiles aux homosexuels» de la part de députés de l’UMP, l’Interassociative lesbienne gaie, bi et trans (Inter-LGBT) demande «un entretien en urgence au président de l’UMP [Nicolas Sarkozy] afin de connaître enfin la véritable position» du parti de la majorité. (le Quotidien de Têtu – 13/01/06)