La Hongrie claque la porte d’une Eurovision… trop gay?

La chaîne publique MTVA a annoncé son retrait du concours 2020, sur fond d’attaques des nationalistes au pouvoir contre les valeurs LGBT, véhiculées selon eux par le show.

MTVA, groupe hongrois d’audiovisuel d’État, a annoncé cette semaine qu’il ne participerait pas à l’Eurovision l’an prochain à Rotterdam. Aucune explication officielle n’a été donnée par l’institution, cadenassée par le gouvernement nationaliste-populiste de Viktor Orban. Mais il semble que les valeurs d’inclusivité, notamment pro-LGBT, véhiculées par le concours international de la chanson soit au cœur de la décision, rapporte «The Guardian», citant des sources au sein de MTVA.

Un éditorialiste d’un magazine proche du pouvoir a salué le retrait d’un show «qui détruit le goût du public à coups de travestis hurlant et de femmes à barbe». À la suite de la dernière édition, en mai dernier à Tel-Aviv (où la Hongrie n’avait pas passé le stade des demi-finales), le président du Parlement hongrois, membre du Fidesz au pouvoir, avait fustigé un événement qui selon lui porte atteinte à la «santé mentale du pays».

«Valeurs traditionnelles»
Viktor Orban a mis l’accent sur un discours de plus en plus hostile aux revendications LGBT ces dernières années, pour faire l’éloge d’une politique nataliste et des sacro-saintes «valeurs traditionnelles». Cela s’est récemment manifesté par le boycott de Coca-Cola, qui avait lancé une campagne de pub utilisant les photos d’un couple gay. L’appel avait été relayé par des élus du Fidesz.

La Hongrie rejoint la Turquie, absente de l’Eurovision depuis 2013, dont la chaîne publique TRT a refusé de réintégrer le concours, invoquant des raisons «morales» après la victoire de l’artiste transgenre Conchita Wurst, en 2014.

2 comments

Le monde avance il faut que les gens savent que un homme ou une femme. Quelques soient leurs differences doivent merites ts les respects de monde. Ceux qui encore ds le passé verront tot ou tard la lumiere parce le monde avance.

Laisser un commentaire

*

À lire également