Club lesbien vs député homophobe: les représailles

La justice russe a ordonné une enquête contre le management de l’Infinity. Une de ses responsables s’était livrée à un selfie provocateur envers l’élu Vitaly Milonov.

Etrange coïncidence: la boîte de nuit Infinity, à Saint Pétersbourg, a été visée par un raid des services de l’Etat, le 26 février. Le management de ce club lesbien populaire situé en plein centre ville a été placé sous enquête. Il y a moins d’un mois, Kseniya, l’une de ses responsables avait été à l’origine d’un post viral sur les réseaux sociaux. On la voyait échanger un baiser avec une amie à bord d’un vol Aeroflot, sous le nez du député municipal Vitaly Milonov. L’initiateur de la première mouture de la loi contre la propagande homosexuelle, et homophobe virulent, était assis dans la rangée voisine.

La petite provocation n’avait pas été du goût de l’élu. «Elles ont un beau sens de l’humour. J’en ai un aussi. Je vais peut-être continuer cette plaisanterie en fermant leur club gay à Saint-Pétersbourg», avait-il menacé.

«Saint-Pétersbourg n’est pas Gomorrhe»
Bons baisers de Russie ILe fait que le Ministère public s’intéresse soudain à l’Infinity ne doit donc rien au hasard. L’établissement est d’ailleurs attaqué en vertu de la fameuse loi Milonov par un mystérieux groupe nommé «Moscou n’est pas Sodome – Saint-Pétersbourg n’est pas Gomorrhe». Il prétend que parmi les quelque 30’000 abonnées à la page VKontakte (le Facebook russe) du club, on trouverait au moins 524 mineures. «Les activités promotionnelles du club posent une sérieuse menace à la santé physique et mentale de mineures qui s’arrangent pour entrer dans l’établissement», assène la plainte du groupe.

Le texte fait, en outre, référence à l’incident aérien, qui a démontré «les inclinations perverses» des responsables de l’Infinity. Selon l’avocat du club, l’établissement a été visé par une centaine d’autres plaintes, portant notamment sur la présence de mineurs et la trafic de drogue, note Global Post.

À lire également