Monde

Le goulag, «idéal» pour des vacances gay

Un politicien croate veut faire de Goli Otok, une île inhabitée de sinistre mémoire, un paradis balnéaire réservé aux homosexuels.

Passer des vacances de rêve dans une île maudite, ça vous dit? Aljosa Babic, un politicien de Rijeka, y croit comme dur comme fer. Il vient de répondre à un appel à idées lancé par le gouvernement croate, qui souhaite vendre Goli Otok, un morceau de terre aride de quelques kilomètres carrés, dans le nord de la mer Adriatique. Selon lui, il s’agit d’un «endroit parfait» pour y créer «European Gay Resort Croatia», un complexe touristique 100% gay. «A cause de son passé, l’île pourrait être une destination attrayante», a ajouté Babic.

Des centaines de morts
Son passé? Goli Otok a servi de camp pour les opposants politiques yougoslaves, de 1949 à 1955, avant de devenir un bagne pour les prisonniers de droit commun. Les conditions de détention effroyables ont entraîné la mort de centaines d’internés jusqu’en 1988, date de sa fermeture. Les bâtiments de la colonie pénitentiaires sont toujours debout, et une association de victimes de la répression politique sous Tito veut en faire un musée.

L’affaire a tout d’un canular aux relents homophobes. Il a d’ailleurs été balayé par des associations LGBT croates. Sauf que Aljosa Babic, à la tête du Forum éco-social de Croatie, défend son idée avec fougue. D’après lui, le tourisme homosexuel en Croatie jouit d’un fort potentiel inexploité. Goli Otok permettrait à cette clientèle de profiter de leurs vacances sans être dérangés et sans déranger quiconque. «Je ne pense pas que les critiques qui parlent de ghettoïsation soient justifiées, explique-t-il à Vecernji List. Le projet offre la possibilité de développer une branche dont la croissance est la plus forte du secteur. Rien qu’au niveau européen, le tourisme gay rapporte plus de 50 millions d’euros.»

À lire également