Culture
#Danse

L’Homme rare

Genève, mar 7 février, 20:00
Community
#formation

Premiers secours en santé mentale orientés ados LGBTIQ+

Genève, ven 10 février, 8:30
Agenda
#exposition #Théâtre

Daniel Hellmann, Planet Moo

Genève, dim 5 février - jeu 16 février

Un Halloween «gay» s’attire les foudres des islamistes

Une party costumée a donné lieu à des affrontements à Amman. Les Frères musulmans ont dénoncé l'événement comme la preuve d'une conspiration «gay» et «satanique» au sommet de l'Etat.

Une soirée d’Halloween a tourné à l’émeute, jeudi soir dans la capitale jordanienne. Quelque 200 militants islamistes se sont massés devant le Hard Rock Café, lançant des pierres conte la devanture et tentant d’allumer un incendie, rapporte le site britannique Gay Star News, reprenant un article du «Jordan Times». L’appel à manifester avait été diffusé via des forums islamistes, qui décrivaient la party comme destinée aux «gays» et aux «satanistes». «Les gens sont devenus dingues. Tout le quartier était bloqué par des types qui s’étaient rassemblés pour envahir la soirée», témoigne Mahmoud, un des participants, contacté par Gay Star News. Des forces anti-émeutes sont intervenues pour disperser la foule. Il n’y a pas eu ni arrestations ni blessés.

Discréditer le gouvernement
Le lendemain, les médias proches des islamistes ont décrit la présence de «filles déguisées en infirmières» qui, selon eux, «servaient du sang aux adorateurs de Satan». L’opposition des Frères musulmans a exploité l’incident pour discréditer le gouvernement. Le parti a dénoncé «de gens dans les hautes sphères qui participent à ces pratiques perverses et étrange» et, pour preuve, souligné «la protection» dont auraient bénéficié les organisateurs de la part des autorités municipales. Cela alors que «la population souffre de multiples crises politiques et économiques.»

«Ils blâment les gays pour la pauvreté et prétendent que le gouvernement les aide, note Mahmoud. C’est une tentative plutôt transparente de créer une panique morale et à l’utiliser comme une arme politique.»