Les autorités locales ne s'expliquent pas la présence du logo discriminatoire dans leur dépliant.

«Gay-friendly» devient «homosexuels indésirables»

Un village de Slovénie qui voulait attirer les visiteurs gay et lesbiennes a trouvé ses prospectus parsemés de sigles indiquant le contraire. L’office du tourisme est consterné.

Mais qui a donc saboté les dépliants touristiques? Pour la saison estivale, l’office du tourisme local avait préparé une liste des hôtels de la région. Pour tenter d’attirer la clientèle gay et lesbienne dans la petite station alpine de Bovec, située près de la frontière avec l’Autriche et l’Italie, des sigles devaient désigner les établissements gay-friendly. Sauf qu’une fois imprimés et distribués, les documents portaient la mention «Homosexuels indésirables», accompagnée d’un logo ad hoc.

Coquille
Le ministère de la Protection des consommateurs a porté plainte. La mention contrevient à l’article 14 de la Constitution, qui interdit les discriminations basées sur l’orientation sexuelle. Consternation à l’office du tourisme de Borec. Sa responsable s’est platement excusée et parle d’une coquille. Elle ne s’explique pas comment le logo s’est retrouvé là.

Dans l’espace ex-yougoslave, Ljubljana fait figure fait figure d’exemple pour la reconnaissance des droits LGBT. Un partenariat enregistré y est en vigueur depuis 2006. Toutefois, l’extrême droite y perturbe régulièrement les gay pride. Par ailleurs, en mars dernier, les citoyens de ce pays ont rejeté un nouveau code de la famille qui aurait établi l’égalité entre tous les couples. Le référendum avait été lancé par l’Eglise catholique.

Source: Queer.de

À lire également