©larissa_fuerderer
Lausanne
#Humour

Edwin Ramirez

ven 26 avril - dim 28 avril
Lausanne
#places à gagner

The Armed

mer 5 juin, 19:30
Genève

36 gr.

ven 26 avril, 23:00
Genève
#exposition

Ex-eroticis: Art et fierté du livre secret

ven 26 avril - ven 31 mai

Le «bunga bunga»? Une pécadille toute naturelle, selon un évêque

Un prélat italien a conseillé au politicien Nichi Vendola de taire ses critiques contre Silvio Berlusconi. Le gouverneur de gauche, homosexuel, serait bien pire pécheur, d'après Mgr Arduino Bertoldo.

Non, après tout, l’Eglise catholique n’en veut pas trop à Silvio Berlusconi de s’intéresser d’un peu trop près à des mineures à forte poitrine. Dans les scandales du «Rubygate», du «Noemigate» et autres «bunga bunga», où il est suspecté notamment d’abus de pouvoir et de proxénétisme, le président du Conseil italien aura sans doute trouvé un peu de réconfort dans les paroles de l’évêque émérite de Foligno (Ombrie). Selon Arduino Bertoldo, «au moins Berlusconi dans son péché ne fait pas offense à la loi naturelle, il suit la nature.» Une pécadille, en somme.

«Il s’est regardé, lui?»
Le monseigneur répondait aux accusations de Nichi Vendola contre le chef du Gouvernement. Le gouverneur des Pouilles, figure montante de la gauche, est ouvertement gay. «Il exige que Berlusconi change de style de vie», a lancé le prélat à la retraite, «mais il s’est regardé, lui? […] Vendola non seulement commet des péchés, mais il enfreint la nature. Il fait donc bien pire et ferait mieux de se taire.»