Culture

Klit Osiris en kit 

Scintillant à des années lumières de la version originale dans le cosmos pop brille une nouvelle version de «Poupée de cire, poupée de son», reprise cette fois-ci par Klit Osiris. En bonus, il nous livre sa playlist de rêve. 

Par

Rédacteur en chef

Souvenons-nous: en avril, Klit Osiris se découvrait d’un fil et nous livrait tout en latex son titre Interlopes (feat. Yougo Girl). Quelques mois plus tard, l’artiste basé entre Lausanne et Londres revient avec sa version d’un classique signé Serge Gainsbourg, Poupée de cire, poupée de son. Moins naïf mais totalement respectueux de France Gall – qui gagnait le concours de l’Eurovision avec sa version en 1965 – Klit Osiris transforme la ritournelle pop en une odyssée de l’espace. Le morceau a tout d’un hit en puissance, il a le don de mettre dans un état délicieux proche de la transe. Ou du moins, il invite à se lever pour danser et chanter les paroles que l’on connaît par cœur. Cerise sur le gâteau, Klit nous fait l’honneur de révéler son titre en première mondiale, on est gâté·e·x·s!


«L’original de cette chanson interprété par France Gall et écrit par Serge Gainsbourg est un shoot de musique pop, elle dure 2 minutes 30, il y a trois fois le refrain, deux couplets de deux phrases (et c’est le même les deux fois!) et ciao bonne soirée. C’était un pur délice de me l’approprier et de la transformer à ma sauce. Avec des boom, des kicks de hard style, des effets spéciaux et des violons! Ma choucroute garnie à moi. Et elle est vraiment trop drôle à chanter en tant que mec queer, j’ai tellement eu de plaisir que j’ai voulu la partager.»

Hey Mr DJ, put a record on
Vous en voulez encore sous le sapin? Klit Osiris sera présent au prochain QueerNotzet à Sion (voir pages précédentes). Autour de l’irrésistible Princesse GenderFuck et de sa styliste Safia Semlali, il portera sa casquette de DJ pour distiller la magie pop en compagnie de sa complice scénique, la VJ Apo Calypso. «On passera que des hits back to back, parfois remixés, parfois en mashups et d’autres fois, juste le refrain», explique-t-il. Prêt·e·x·s pour l’échauffement? Ruons-nous sur Spotify pour faire rugir sa dream playlist. Come on Barbie, let’s go party! 

Impressive Instant – Madonna

«Madonna et Mirwais ont pris des synthétiseurs qui font bip bip bap boop, ont tout bidouillé et ont posé un beat chaud comme la braise. Ensuite on a Madonna qui chuchote, qui crie, qui chante à travers un ordinateur. Vingt et un ans plus tard, ce bijou de pop est toujours aussi impressionnant! J’aime toujours autant.»

Immaterial – SOPHIE

«La track parfaite pour retrouver sa famille choisie sur le dancefloor: il y a des parties où on saute, des parties où on se fait des câlins, des parties où on tape des mains! RIP à l’éternelle SOPHIE, je l’aime pour toujours.»

Barbie Girl – Aqua

«Tellement catchy, tellement ridicule, tellement over the top, c’est tout ce que j’adore dans la pop. Depuis le premier jour où je l’ai entendue lorsque j’avais 7 ans jusqu’à aujourd’hui, mon obsession pour cette chanson est immaculée, je n’ai jamais cessé d’aimer.»

Mood Killer – Strap On (ft. Pussy Riot)

«Une belle chanson déglinguée qui, comme son titre l’indique, parle de coïts pratiqués au strap-on, sample Blue (Da Ba Dee) de Eiffel 65 et invite Pussy Riot à chanter une partie. Gros programme. Tout ça en moins de deux minutes. Press play now. J’écoute en boucle.»

DEBUT – COBRAH

«On reste sur une énergie assez sexualisée avec ce hit tout en basses de la musicienne suédoise en latex COBRAH. Quand je dis “sexualisée”, ce que je veux dire c’est que la meilleure manière d’écouter cette track c’est à 4 pattes, le nez dans le poppers. J’en redemande.»

Cherries & Cherubs – SØREN

«La belle lettre d’amitié de l’étoile londonienne non binaire SØREN à son acolyte producteur s.g.cackle. Plus qu’une chanson, c’est un dialogue électronique entre les deux artistes. Un peu cinglée, un peu siphonnée avec de jolis bruits en plastique. Je pense avec émotion à aller boire du thai iced tea avec ma meilleure amie Apo Calypso quand j’entends ça. D’ailleurs, c’est sûrement ce qu’on fera après notre set DJ/VJ lors de la Genderfuck Party où on partage la scène avec l’incroyable Princesse Genderfuck.»

Sine From Above – Lady Gaga (avec Elton John), (Chester Lockhart, Mood Killer et Lil Texas remix)

«Une des tracks les plus saisissantes du dernier album de Lady Gaga, Chromatica, en duo avec Elton John, remixée par une bande de voyous qui disent clairement que leur intention en faisant leur version est de nous «punir». Et c’est tout à fait délicieux. Ça part dans tous les sens, ça manque de respect à tout et tout le monde et ce pauvre Elton John est probablement tombé de sa chaise en entendant cette pièce. J’en veux encore PLUS.»

Tout, tout pour ma chérie – Michel Polnareff

«Quand même, une des plus belles mélodies de la musique pop française. C’est pas moi qui fait les règles. Je valide encore et toujours.»

Only You – Yazoo

«Imagine quand même que ce petit bijou électronique plein d’émotions date de 1982! C’est une de ces chansons qui continuent d’exister et de se développer au-delà de leur écrin original, à chaque fois que j’en découvre une nouvelle version j’ai les papillons dans le ventre. De simples, mais belles harmonies, nostalgique avec une pointe d’espoir, elle et moi c’est pour la vie.»

_________________
3 nov. 2021   Thèmes: Étiquettes :

À lire également