Culture

Le best-of queer 2020!

ARCA.

Joshua Orsi est le nouveau gérant du magasin Disc-à-brac à Lausanne et aussi notre nouveau chroniqueur musique. Pour bien terminer l’année, il partage son Top 5 du meilleur de la musique queer en 2020. Nous voilà gâté·e·x·s!

ARCA – «KiCk i»

ARCA est une musicienne et productrice trans ayant travaillé avec des artistes comme Kanye West, FKA twigs et notamment Björk, qui chante sur le sixième morceau de ce nouvel album. «KiCk i» illustre parfaitement l’évolution de la pop expérimentale contenant une explosion de genres actuels soutenus par des artistes comme SOPHIE pour l’influence hyper pop et Rosalía pour le reggaeton. Avec ce cinquième album, ARCA nous transporte dans un monde magique et douloureux.

(XL Recordings)

Moses Sumney – «græ»

Dans un monde obsédé par la romance, Moses Sumney est heureux seul. Après son premier album «Aromanticism», Moses Sumney explore toujours le rejet du romantisme d’une façon personnelle et aussi politique puisqu’il perçoit celui-ci comme un outil du capitalisme inséparable de la structure patriarcale. «græ» est un album complexe et il est en même temps si simple de s’y plonger dès la première écoute. Une combinaison magnifique de la neo soul avec la folk et l’art pop.

(Jagjaguwar)

Honey Harper – «Starmaker»

Depuis quelques années la scène queer est à l’avant-garde du revival country. Avec des artistes comme Orville Peck et Trixie Mattel j’ai eu le plaisir de redécouvrir cette musique honnête et remplie de kitsch que j’aime tant. C’est au tour de Honey Harper de remplir mon besoin pour tout cela. «Starmaker» est le genre de rêve que vous aimeriez revisiter tous les soirs, car en plus d’être une vraie surprise, il est d’une beauté et d’une émotion fascinantes.

(ATO Records)

Naeem – «Startisha»

R’n’b, hip-hop et house, le tout mélangé dans une grosse atmosphère rave, «Startisha» est l’album sur lequel j’aurais tant voulu suer toute la nuit cette année. Naeem Juwan quitte le pseudonyme Spank Rock qu’il utilise depuis quinze ans pour nous raconter une histoire intime d’un homme noir gay qui a grandi dans la scène rap et club de sa ville natale de Baltimore. «Startisha» est un rappel très important que la «club music» a été créée par des personnes queers et racisées.

(37d03d)

Phoebe Bridgers – «Punisher»

Je le dis à ma clientèle depuis maintenant plus de deux ans, les meilleurs albums Indie Rock de ces dernières années sont féminins. C’est toujours le cas en 2020. Face à la crise du Covid-19 où tant de personnes se sont retrouvées seules face à elles-mêmes, «Punisher» est un hymne de l’introspection et du self care qui nous a permis de nous sentir un peu moins isolé·e·x·s et compris·e·x·s grâce à ce disque si sincère où Bridgers nous fait part de son journal intime.

(Dead Oceans)

Disc-à-brac records – rue de l’Ale 2, Lausanne www.disc-a-brac.ch
Thèmes: Musique 

À lire également