Genève

Le Temple: Fusion

sam 6 juillet, 23:00
Lausanne

Extra Viewing Party

sam 22 juin, 18:00
Lausanne

La Messe 3.0

sam 22 juin, 22:00
Lausanne

Talent Show Chaud Cho

dim 30 juin, 16:00

Des minois suédois

Say Lou Lou et Icona Pop: deux duos féminins venus du froid qui sauront vous faire fondre cet hiver. Ô douce voix de Scandinavie quand tu nous tiens…

De Robyn à Lykke Li, de Ace of Base à RedOne, de Roxette à Royksopp en passant par Avicii et The Cardigans, la Suède est cette étendue enneigée dont jaillissent régulièrement quelques aurores musicales au groove immaculé. Parmi les flocons les plus fraîchement tombés, on trouve deux duos aux caractères contrastés qui ne manqueront pas de passer la déblayeuse dans la blogosphère et les charts cet hiver.

Say Lou LouSay Lou Lou, tout d’abord. Jumelles paradoxales pour une pop monozygote, Elektra la blonde et Miranda la brune s’illustrent par une belle diversité des climats. Papa est australien, maman suédoise, et la délicieuse progéniture se dit volontiers nomades en ballades. Quelque part entre Abba et Lana del Rey (si si, faites un effort d’imagination), les sœurs de Say Lou Lou cultivent le glamour et la décadence des années 1970, dont elles manient les codes visuels avec une ironie subtile et vénéneuse.

Gare au brushing
Et musicalement? Depuis le titre «Maybe you», paru en 2012 chez les branchouilles parisiens de Kitsuné, les frangines frangées n’arrêtent pas de séduire avec leur dream pop languide et éthérée, à savourer les yeux délicatement mi-clos. Tandis que «Julian», plongée mélancolique dans un été en noir et blanc, inaugurait leur propre label, baptisé A Deux, le plus atmosphérique «Better in the dark» marque leur arrivée chez la major Columbia, qui semble avoir flairé la brise glacée du succès. C’est que les belles préparent un album à paraître courant 2014. Le vertige du show-biz? Elles préfèrent parler d’amour. «On s’engueule tous les jours, mais on se réconcilie tout aussi vite. On est comme un vieux couple marié.» Vintage, à n’en pas douter.

De l’autre côté du spectre, Icona Pop donne dans l’intitulé pléonastique, le maquillage phosphorescent et la tempête de paillettes. Si Caroline Hjelt et Aino Jawo ne sont pas exactement des nouvelles venues sur le circuit des minois suédois (elles ont toutes deux grandi à Stockholm), leur entremise avec la scène LGBT n’a fait que s’accentuer depuis leurs débuts en 2009. A tel point que la sortie de leur album «This is… Icona Pop» il y a quelques mois s’est accompagnée de performances live dans d’innombrables gay prides américaines, la fierté aussi ferme que la cuisse.

Leur score au baromètre de l’activisme n’en culmine pas outre mesure, et les postures cryptogouines de nos deux électro-majorettes rappellent plutôt d’autres produits au marketing saphique, les débuts de Katy Perry, ou les moues pubescentes de t.A.T.u. (bon courage à elles dans la Russie d’aujourd’hui). Le premier single de Icona Pop, «Manners», sorti chez Kitsuné (encore eux!) fleurait pourtant bon le frais, quelque part entre influences punkettes et synth pop désarticulée. Et puis les jolies ont embrayé sur une esthétique plus club, plus putassière aussi, qui déploie quelques-uns des poncifs de l’exotisme burlesco-queer: un clip, «All night», pensé comme un hommage à la scène transformiste new-yorkaise, quelques paroles au cryptage peu sophistiqué sur le titre «Girlfriend» censées explorer les frontières troubles (et médiagéniques) de l’amitié et l’amour entre filles, et un featuring avec Charli XCX («I love it»), sauvageonne ébouriffée parmi les incarnations du girl power les plus incantatoires qui soient.

On pourrait, bien sûr, bouder cet assemblage racoleur qui ferait presque passer Kylie Minogue et Madonna pour du répertoire musicologique. En même temps, il y a chez Icona Pop ce soupçon de Swedish Touch capable de donner aux meubles Ikea des airs de design griffé, aux vêtements H&M un parfum de podium, et aux boulettes de viande un statut vaguement gastronomique appelé à les différencier de la soupe commune. A ce propos, Icona Pop tournera en 2014 avec Miley Cyrus et Katy Perry. Sacrée brochette.