Algérie: Les gays quittent le pays

Depuis deux ans, de plus en plus gays algériens choisissent de quitter leur pays pour se réfugier en Europe ou aux Etats-Unis. Leur point commun: vouloir vivre leur homosexualité sans trop renier leur identité d’arabe ou de musulman.

Difficile de généraliser lorsqu’on parle d’homosexualité en Algérie. Très répandue en tant que pratique, elle est en même temps invisible en tant qu’identité, revendication ou thématique. Paradoxalement, alors que l’homosexualité est condamnée à la fois par la religion islamique et le code pénal (censé être laïc), la prééminence de la culture islamique, qui oblige à une stricte séparation des sexes avant même la puberté, favorise les rapports sexuels entre garçons, ou entre filles.

L’article 338 du code pénal punit l’homosexualité de peines de prison pouvant aller jusqu’à trois ans. En dehors des lieux de drague clandestins, pas étonnant qu’il n’y ait donc ni association ni boîte gaie en Algérie. Les gays se réunissent souvent lorsqu’une émission parle d’homosexualité sur TV 5, rare occasion pour eux de se réjouir, avec une certaine nostalgie, de progrès qui ne les concernent pas. Un certain nombre d’entre eux choisissent de se rendre en Occident. Parmi eux, Benai*, Bilal*, Karim* et Farik*, qui, malgré leurs différences, ont vu leurs destins se croiser en Suisse, entre 1998 et 2000.

Benai: «Les gays, on les lapide, on les brûle»
A 30 ans, Benai est le dernier né d’une famille algérienne un peu plus cultivée et ouverte que la moyenne: « Mes frères ont tous fait des écoles ou l’université. Moi, j’ai choisi la biologie. Petit, j’étais le «chouchou» de ma sœur. On me taquinait souvent à propos de mon physique de chérubin et ma timidité. Puis, on m’a traité de «kerika»: «femmelette» en arabe. Une fois, ma mère m’a même dit que j’avais «des seins de pute». Ensuite, mes frères ont commencé à me taxer de «nakch» («pédé»). J’essayais de prendre une voix grave, d’avoir des gestes, une démarche virile. A la pharmacie, comme je m’entendais bien avec les clientes – je parlais trop – on m’a aussi isolé. En plus, j’arrivais à un âge fatidique: ne pas être marié à 28-30 ans, en Algérie, est plutôt suspect. Alors, j’ai tout plaqué: travail, famille et amis, pour venir en Suisse.»

«En Algérie, l’homosexualité – pire qu’un tabou ou une perversion – est quelque chose qui ne doit pas exister. Dans certains pays musulmans, les prostituées, ou les femmes adultères, qui sont fouettées à mort, sont censées, après ce supplice purificateur, avoir accès au Paradis. Mais on ne pardonne pas aux homosexuels. On les jette d’une montagne, on les lapide, on les brûle vifs. Et ils ne sont pas purifiés pour autant. Pourtant, on ne choisit pas. Moi, changer, me marier? Plutôt le suicide! Voilà pourquoi je me sens de tradition plutôt que de croyance musulmane. D’ailleurs, en décembre dernier, j’ai arrêté le Ramadan.»

Il y a bientôt une année, Benai a rejoint des parents établis en Suisse, qu’il a ensuite quitté pour faire – à leur insu – une demande d’asile «pour raison d’orientation sexuelle», aidé en cela par Pink Cross et 360. En attendant, il travaille dans un service médical d’une ville romande. L’idée de quitter la Suisse le rend malade – il est d’ailleurs sous antidépresseurs. Pour se changer les idées, Benai rend parfois visite à ses amis gays algériens. «J’aurais préféré rester là-bas, et y vivre mon homosexualité avec un prince charmant, mais c’est irréaliste. Obligations de la famille, du mariage, questions sociales, sécuritaires, tout rend ce rêve impossible.»

Selon lui, rien ne changera en Algérie: «Les associations de défense des femmes n’ont pas fait changer la société. Cela serait la même chose avec des associations gaies. L’Algérie, c’est encore comme l’Europe d’il y a 300 ou 400 ans. Par contre, en Suisse, créer une association ou un groupe est possible. Et c’est ce que nous avons fait avec Farik (lire sont témoignage ci-dessous) et d’autres musulmans gays. Le but de notre groupe, «el Farkh» (la différence), c’est de nous permettre d’exprimer et d’accepter le fait que nous sommes des êtres humains normaux à part entière, et oublier l’environnement et l’éducation qui nous forçaient à nous dévaloriser. Ensuite seulement, on pourra, d’ici, aider les gens de l’autre côté de la Méditerranée: collaborer, échanger des infos, organiser des camps de vacances. Pourquoi pas?»

Bilal: «Le message de Boutéfika, c’est: «restez discrets»
Bilal a 28 ans. Orphelin, il est placé, à l’age de 2 mois, auprès d’une famille algéroise qui le bat, l’humilie, et l’utilise comme bonne à tout faire. A l’age de 10 ans, il se rend compte qu’il est homosexuel. «C’est moins difficile, plus naturel quand on le découvre jeune. En plus, ma «famille» – qui n’était pas la mienne – n’avait pas pris la peine de me donner une éducation religieuse. Je n’avais donc aucune autorité «légitime» pour me l’interdire, ni sur le plan familial, ni sur le plan religieux. J’ai donc commencé assez tôt.»

De retour à l’orphelinat après la mort de sa mère adoptive, Bilal, à 14 ans, peut se concentrer sur l’école où il est régulièrement premier de classe. Trois ans plus tard, adopté par une deuxième famille à Oran, Bilal va commencer, avec son cousin d’adoption une relation qui durera plus de 8 ans, malgré les soupçons du père. Mais lorsque Bilal entreprend une carrière militaire, ce «père» va dénoncer son homosexualité aux autorités et Bilal sera radié de l’armée. Qu’à cela ne tienne: après avoir suivi avec succès des études à l’ENA (Ecole Nationale d’Administration) d’Alger, Bilal trouve un poste à responsabilités dans l’administration algérienne et prend ses distances.

C’est en 1998 que s’opère le déclic pour Bilal: «Cette année-là, une grande manifestation d’homosexuels, neutralisée par la police à Alger, n’avait bénéficié d’aucune couverture médiatique, ni locale, ni nationale. Peu de temps après, le président Boutéfika avait déclaré qu’il n’y aurait jamais de reconnaissance «de ce type-là». En gros, il nous disait: «restez discrets!» Et là je me suis révolté. Après tout, on est homo par nature: on apprend une nouvelle langue, on change de religion, mais pas d’orientation sexuelle!»

Bilal prend une année sabbatique et part pour la Suisse: «Pour défendre la cause de l’homosexualité, c’était le lieu idéal: un pays neutre à tradition humanitaire, où siège notamment l’ONU. Avec un visa touristique français, je suis arrivé à Sion via Besançon et Bâle. L’association locale, Alpagai, m’a donné le téléphone de Pink Cross, qui m’a aidé à déposer une demande d’asile en novembre 1999. J’en ai aussi profité pour commencer, à l’Uni de Genève, un DEF en Droit humanitaire sur les liens entre «droit et homosexualité».

Au bout de 10 mois, Bilal décide de rentrer: «Mon père adoptif, qui avait quitté Oran, ne pouvait plus me nuire. Et j’avais encore mon travail. A Genève, je voulais créer une association; Finalement j’ai décidé de le faire à Oran. Après avoir déposé une demande pour une association sida qui s’occuperait aussi de «problèmes de sexualité», j’ai finalement été reçu par le chef de cabinet de la préfecture qui m’a dit: «Je sais ce que vous voulez faire, mais c’est impossible ici, pour le moment». A nouveau le laïus de Boutéfika. Avec, en toile de fond, l’interdit de l’Islam. Mais j’espère bien pouvoir fonder cette association, quitte à me faire aider de mes amis de Genève.»

Karim: «Aux Pays-Bas, on m’a refusé l’asile»
Karim a 28 ans. Né dans une famille d’aristocrates algériens, il est élevé, à la mort de sa mère, par sa tante maternelle. Tout se passe bien jusqu’au moment où, à 14 ans, Karim rejoint son père dans la grande demeure qu’il possède, et où il vit avec ses trois femmes. Livré à lui-même et souffrant de solitude dans cette prison dorée, il a des rapports sexuels avec son demi-frère, de 10 ans son aîné. Mi-forcée, mi-consensuelle, cette relation durera jusqu’au jour où son demi-frère se marie et a des enfants: «Voir mes neveux et penser que j’avais fait l’amour avec leur père était insupportable. Avec un «partenaire normal», je serais peut-être resté. Mais c’était impossible en face de mon frère et ma famille, qui, en plus, étaient très pratiquants. Pour moi, être homosexuel et musulman équivalait à un suicide psychologique.»

Si Karim sait qu’il est homosexuel depuis l’âge de 9 ou 10 ans, il n’a, du fait de son milieu, eu ses premiers rapports qu’à 14 ans, très tard pour les standards algériens. «Et j’aurais probablement encore attendu si je n’avais pas eu mon demi-frère comme partenaire: c’était plus facile, nous pouvions être tout le temps ensemble sans éveiller les soupçons. Si j’avais dû aller à l’extérieur, cela se serait vite su, car ma famille est très connue en Algérie. C’est aussi pour cela que je suis parti.»

Karim, de passage à Genève, rencontre Bilal et des représentants de Dialogai et de Pink Cross, qui lui déconseillent tous de faire une demande d’asile en Suisse – trop difficile pour l’instant – mais lui conseillent de tenter sa chance aux Pays-Bas. Après un temps de réflexion, Karim arrive à Amsterdam, en février 2000. Là, il est pris en charge par un Roumain, qui, après avoir effectué le même parcours, était en attente de régularisation: «Grâce à Marius, avec qui je vis, j’ai pu trouver du travail tout en entamant une procédure d’asile avec l’aide d’un avocat. C’était dur. Les Néerlandais, très ouverts sur certains domaines, comme l’homosexualité ou la drogue, se croient supérieurs, plus «développés». Mais il n’y a pas de vraie solidarité. On me dit – de quel droit? – que mon cas est sans comparaison avec ceux des personnes persécutées pour raison religieuse. Actuellement, ma demande a été rejetée, et sans papiers, je suis «toléré». Si le gouvernement élu dans 3 mois est plus sévère, il ne me restera que le mariage blanc – hétéro ou homo. Je n’ai plus beaucoup d’espoir et il est hors de question que je revienne en Algérie.»

Farik: «Là-bas, les relations sont plus sincères»
Né il y a 33 ans dans une famille bourgeoise d’Alger, Farik ne se rappelle pas ses premières attirances homos «C’était avant l’âge de 10 ans… En revanche, je me rappelle très bien cette nuit durant laquelle, à l’age de 11 ans, j’ai été violé par un ami de la famille: un homme marié de 35 ans – avec des enfants – secrétaire d’une personnalité très en vue dans la société algérienne. Le jour suivant le viol, ce dernier a aussi tenté de me violer, mais je me suis échappé. De retour chez moi, je suis resté prostré, roulé en boule sur une chaise, sans mot dire: ma famille a continué de prendre son petit déjeuner, sans même oser me regarder. «Après un silence qui durera 13 ans (dont 2 ans de psychanalyse), Farik pourra enfin en parler. Il a alors 24 ans et c’est à ce moment là qu’il fréquentera «son premier mec».

«L’homosexualité, du fait de la séparation des sexes, est très répandue en Algérie. Une fois, comme on abordait le sujet avec des amis, intellectuels ou hauts gradés de l’armée, je leur ai dit: «Qui osera nier que sa première expérience a été avec son voisin le plus proche, et donc avec un garçon?». Celui qui a osé parler – pour admettre ce fait – est le seul avec qui je suis resté en contact! Tout récemment, une Algérienne, qui ne savait pas que j’étais gay, m’a aussi rappelé qu’un chanteur très connu là-bas et notoirement gay – il chante maquillé, avec des bijoux – est pourtant marié! Il a forgé toute une génération de mecs qui s’habillent comme lui, et adoptent ses attitudes. Sans que jamais le mot d’homosexualité ne soit prononcé!»

«En fait, la question n’est pas «suis-je gay?» mais «l’homosexualité est-elle un péché?». Pour moi, c’est un péché peu grave si on s’y livre discrètement. Si, plus tard, on se marie pour avoir des enfants, alors, au moins, on aura contribué à perpétuer la race. En fait, on devrait permettre aux homos d’adopter des enfants abandonnés, pour leur redonner une raison de vivre, les intégrer. Pour moi, qui suis resté pratiquant, l’homosexualité est compatible avec l’Islam. D’ailleurs, j’ai rencontré une fois un religieux respecté dans un lieu gay – il a eu une aventure avec un de mes amis. Abandonner des millions de gays et en faire des athées, alors qu’on peut les inclure et les accepter, est stupide. Voire contraire aux intérêts de la religion. Il faut lancer le débat, quitte à faire appel à la science pour expliquer que l’homosexualité ne se choisit pas.»

Si Farik a quitté l’Algérie, c’est avant tout parce qu’il a perdu son entreprise d’import-export: «Je préfèrerais vivre là-bas: les relations, y compris homos, sont plus chaleureuses, sincères, moins «emballées sous vide». Mais, face à ma famille et mes amis, j’avais honte d’avoir été escroqué si facilement, avec ce sentiment de culpabilité que j’ai toujours gardé depuis mon viol. J’ai préféré partir… Arrivé en Suisse, je suis resté 3-4 mois dans un état second: j’ai travaillé pour un type dont j’étais la bonne, la standardiste, sans avoir été payé un centime: il a profité du fait que j’étais sans papiers. Pour moi, la situation n’a pas vraiment changé depuis.»

*Prénoms fictifs

28 comments

j’ai lu votre article,et j’étais beaucoup touchée par les témoinages des homos,j’ai moi-même un frêre homo et je pense trés souvent à lui surtout depuis que je me trouve au canada,parceque je me dis qu’on devait faire quelque chose ma famille et moi lorsqu’il a éte violé alors qu’il avait à peine dix ans,on n’a rien dit,on a préferé se taire et lorsque il est devenu homo on a commencé à parler entre nous mes parents le battent lorsqu’il est habillé comme une fille ou maquillé mais rien ne marche avec lui à plusieurs fois mon pére l’a chassé de la maison mais lorsqu’il retourne ,il est le même il ne change pas ma mére m’a dit une fois qu’elle aurait aimé lui mettre du poison dans sa nourriture pour en finir avec lui tout le monde chez moi a honte de lui, même moi d’ailleurs mais depuis que je vis au canada je pense trés souvent à lui je veux l’aider mais je ne sais pas comment?

j’ai lu votre article,et j’étais beaucoup touchée par les témoinages des homos,j’ai moi-même un frêre homo et je pense trés souvent à lui surtout depuis que je me trouve au canada,parceque je me dis qu’on devait faire quelque chose ma famille et moi lorsqu’il a éte violé alors qu’il avait à peine dix ans,on n’a rien dit,on a préferé se taire et lorsque il est devenu homo on a commencé à parler entre nous mes parents le battent lorsqu’il est habillé comme une fille ou maquillé mais rien ne marche avec lui à plusieurs fois mon pére l’a chassé de la maison mais lorsqu’il retourne ,il est le même il ne change pas ma mére m’a dit une fois qu’elle aurait aimé lui mettre du poison dans sa nourriture pour en finir avec lui tout le monde chez moi a honte de lui, même moi d’ailleurs mais depuis que je vis au canada je pense trés souvent à lui je veux l’aider mais je ne sais pas comment?

j’ai lu votre article,et j’étais beaucoup touchée par les témoinages des homos,j’ai moi-même un frêre homo et je pense trés souvent à lui surtout depuis que je me trouve au canada,parceque je me dis qu’on devait faire quelque chose ma famille et moi lorsqu’il a éte violé alors qu’il avait à peine dix ans,on n’a rien dit,on a préferé se taire et lorsque il est devenu homo on a commencé à parler entre nous mes parents le battent lorsqu’il est habillé comme une fille ou maquillé mais rien ne marche avec lui à plusieurs fois mon pére l’a chassé de la maison mais lorsqu’il retourne ,il est le même il ne change pas ma mére m’a dit une fois qu’elle aurait aimé lui mettre du poison dans sa nourriture pour en finir avec lui tout le monde chez moi a honte de lui, même moi d’ailleurs mais depuis que je vis au canada je pense trés souvent à lui je veux l’aider mais je ne sais pas comment?

il faut arrêter de stigmatiser l’homosexualité que pour les hommes efféminés. les hommes qui font l’amour avec eux sont aussi des homos mais on ne parle pas de ces gens là! pourquoi?? je pense que les arabes en générale ils méprisent les femmes et aussi les hommes efféminés . il faut dire que il y a des hommes macho qui sont gay et des hommes efféminés mais qu’ils sont hétero.reste simplement à respecter la vie privée de chacun DIEU seul jugera ses Hommes

cet article ma beaucoup touché c’est la realité amer , je suis homo vril mais je souffre en silence aussi je vie a alger centre , en realité on mene une vie d’un chien on se cache tout le temp ya pas ou aller , meme chez nous on et pas la bienvenue.

samir

Bonjour,
Avant tout,je suis un gay Algérien de 46ans,je vis en France depuis 1989!!! eh oui! vous savez quand j’avais quitté le pays en 1989 et bien j’avais les larmes aux yeux et le comble c’est que je ne pouvais pas terminer mes études pourquoi? et bien c’est simple et c’est pas compliquer ´nous les gays on est pas les bien venu chez nous dans notre propre pays natal, oui c’est bien connu dans ces pays là l’homosexualité est interdite mais franchement et sincèrement vous trouverez cela normal? et bien non désolé oui au faite j’ai oublié c’est des pays ´musulmans!!!´ = le gay est interdit chez lui!!! mais hélas! moi j’avais porté le masque comme on dit durant toute ma jeunesse au bled et pas un seul geste qui dérape ni envers ma famille ni envers la fameuse société jusqu’à 1989 le jour de mon exil en France et maintenant je vis heureux et sans tabous dans mon deuxième pays qui m’a ouvert les bras et je suis vraiment fier de le dire et même je chante la marseillaise avec une telle fierté.Cordialement,
Citation:
´Le meilleur aboutissement de l’éducation est la tolérance´

apres avoir lu tout cela je me suis un peut reconu je ne vais pas vous racompte mon histoire mais nabila raconpte ninporte quoijai vecu a oran et jai quiter le pays pour le meme probleme homosexualite ne sera jamais acepter en algerie et bien moi je nacepte pas leur religion de merde

ja suis francais de paris et tres admiratif des Algeriens et des gays arabes. Vous etes vraiment magnifiques alors profitez de la vie…. amitiés à tous

Je trouve ces témoignages touchant et reflétant une réalité qui n’est pas seule en Algérie mais en Tunisie, Maroc et tous les pays du Golfe et bien d autres.
C’est difficile de donner des conseils quand on ne vit pas dans des familles ignorantes et intolérantes.
L ignorance malheureusement est répendu partout que l’on soit riche ou pauvre.

Je trouve ces témoignages touchant et reflétant une réalité qui n’est pas seule en Algérie mais en Tunisie, Maroc et tous les pays du Golfe et bien d autres.
IL ne faut pas tout mélanger, et savoir qu’être gay, c’est tout simplement aimer une personne du même sexe. Ensuite, le comportement de chacun c’est une autre histoire. Ceux qui aiment s’habiller en femme, c’est encore autre chose, je suis gay, mais je ne suis pas effeminé, je ne m’habille pas en femme, mon homme est gay, du Maghreb aussi, d’une grande famille, mais son comportement est insoupçonnable tout simplement parce que l’on parle de sentiments, d amour, pour une personne du même sexe, et que l’on n’a pas choisi les sentiments que nous éprouvons. Les travestis c’est autre chose, ce sont des personnes se sentent mieux en femme, et ils ne sont pas non plus à banir. Nous naissons tous avec plus ou moins de chromosomes masculins ou feminins, et cela se développe de certaines façons chez les uns et les autres, mais pour moi, cela n’est pas la généralité d etre gay, et malheureusement les gens ignorant pensent que leur fils gay, cela veut dire qu’on est des femmes !!!

IL y a beaucoup d ignorance dans le monde de l Islam aujourd’hui, autrefois, une trés grandes parties des hommes des grandes familles avaient leurs hommes, les plus belles histoires d amour gay proviennent des hommes du monde Arabe, et il n’y a avait pas de honte.
Les familles trés riches ne se souciaient pas du jugement des pauvres et de ce qu’ils auraient pu dire.
Tous les sultants, Emirs, Kalifa, et toutes les familles princières, et autres grandes familles bourgeoises pendant des siècles étaient mariées et avaient aussi leurs hommes et leurs femmes, n oubliont pas que les femmes aussi avaient leurs femmes.

Mais aujourd’hui, les choses ont changé….sans en fait avoir changé.
Dans les pays du golfe où c’est sévèrement punis, une grande partie de la haute société des hommes ont leur boyfriend ainsi que les femmes ont leur femme, se sont des amours cachés.
L amour est de moins en moins répendu entre homme et femme, on ne leur apprend pas a aimer, mais à procréer pour faire des enfants et être de bons musulmans. IL n’y a pas beaucoup de sensualité, de douceur et de partage de l amour en acte. Les calins ce n’est pas leur fort !! ILs sont brutaux, et font leur devoir de bon musulmans.
Cela donne des gens aigris et des femmes aux visages souffrant et peu épanouis, puisque tout plaisir est : le mal.

Cela sera toujours les plus pauvres dans ces pays qui subiront le plus, surtout en Afrique du Nord, car pas les moyens de partir dans un autre pays, peu d instruction, difficulté d avoir un visa, etc… et ceux qui ont fait de bonnes études s’en sortiront mieux, mais cela ne veut pas dire de trouver toujours un travail à la hauteur de ses études.
L ignorance d’en bas sera toujours la mort de le l etre humain.
J’ai de nombreux nombreux amis gay dans le monde entier de part mon éducation internationale et provenant comme on dit d’une excellente famille. Chez moi on ne juge pas, on est au dessus de tout cela. ET pourtant l honneur de la famille est important, mais pour d autres choses, mais on est trop ´ haut ´ pour se soucier du quand diras t on. Je suis invité à tous les mariages, baptême, soirées, diners ou autres en famille ou avec mes amis, et personne n aurait l idée de m inviter sans mon homme.
Je ne sais pas ce que c’est la discrimination chez moi, mais je l a voit autour de moi par des amis qui souffrent terriblement, et je suis en colère pour eux, et je voudrais tant qu’ils puissent vivrent comme moi, dans l insoucience totale et dans l amour de mes amis et de ma famille.
Dans les pays du golfe, les amis qui sont hommosexuels, Arabie Saudite ou autres pays trés intolérants, ils vivent discrètement leur amour, ne se donne pas en ´ spectacle ´ sachant que la famille et les quand diras t on n arrangeront pas les choses.
C’est difficile de donner des conseils quand on ne vit pas dans des familles ignorantes et intolérantes.
L ignorance malheureusement est répendu partout que l’on soit riche ou pauvre.

Etre discret ne veut pas dire se renier soit même. Je n’ai jamais embrassé mon homme en public dans un mariage ou soirées ou autres ni devant mes parents, c’est une question de respect.
Ensuite nous avons tous nos moments à nous pour faire nos galipettes, et on ne s’en prive pas.
Tout est respect et éducation.
Leur religion en Algerie ou ailleurs n’est pas une religion de merde, comme dit Wahab.
C’est à nous à nous prendre en main, c’est à eux à se prendre en main comme ils l ont fait jusqu’a aujourd’hui.
Il ne faut pas s acharner et perdre de son ennergie pour combattre l ignorance, il faut survivre, et se batter pour soit même, en cherchant à être tout d abord heureux soit même, dans le respect des valeurs, et trouver son chemin et sa place, que cela soit en Algérie ou dans un autre pays, je souhaite à ceux qui en ont la possilibité de partir ailleurs.

Sans education et sans tolérance, on ne fait pas de gens heureux.
Tant que les gens n auront pas compris qu’on né gay et qu’on n’a rien choisi.
Seul Dieu peut nous juger.

Ces mentalités sont archaiques et moyennageuse. Le but c’est de laisser les gens dans l ignorance….et quel triste résultat !!
Ici nous sommes libres, c’est vrai, mais il y a un autre cauchemard pour les gays, c’est la solitude et la consommation exagéré de sexe, ce qui est un autre problème !!!!

Au prochain épisode.
En attendant bravo pour les témoignages.

je suis admiratif des gays Algériens et Maghrébins, il faut savoir vivre sa vie jusqu’au bout, ne jamis culpabiliser, ne jamis juger, la vie gay en Akgérie est peut être difficile, mais le plus dificile c’est de na pas s’affirmer dans son choix sexuel, dans son accéptation de son identité, il y’a beaucoup de jeunes qui vivent trés mal la pèroiode de découverte de son choix sexuel, celà est le résultat d’un manque de prise en charge flagrant sur le plan psychologique, il m’arrive d’aider quelques jeunes qui se confient à moi pour différentes raisons et aboutissent par m’avouer leurs homosexualité, je peux vous dire que beaucoup vivent ça trés mal, car beaucoup d’entres eux considère ça comme une maladie ou on leurs fait croire que c’est une pathologie et que ça se guérrit, je peux vous dire qu’il reste un grand travail à faire en terme de d’information et de communication, le chemin de la comprhéension et de l’accéptation est encore long, la tolérence n’est pas encore au rendez vous, le jour ou chacun s’occupera de sa vie, le jour ou chacun comprendera qu’il ne fait pas la vie de l’autre, mais doit faire la vie avec l’autre qu’il soit hétéro ou homo, chacun devra concevoir sa vie suivant ses choix et ses rêves, que chacun de nous fasse l’effort de comprendre l’autre, qu’on arrête de décider pour les autres, la vie est trop belle, trop courte, on devrait plutôt en profiter….. que chacun trouve son bonheur ….. et CARPEDIEM pour tous…..
Ghilès….gay Algérien , toujours à l’écoute des gens….Homo, Bi , Hétéro, on s’en fout l’essentiel c’est de profiter de tout et pour terminer un bon conseil d’ami, sortez toujours Couvert…..! bisou

Salut Tarek. Je pense que tu es complètement dingue!!!! Remts-toi au saint Coran. tu trouveras la clé à ton truc. Si je peux t’aider, contacte-moi à l’adresse :blueducks@ifrance.fr

moi je suis gay passif d’algerie mais tres viril insoupsonable ,un jour ma mere a decouvert et d’autre personne de ma famille d’ailleur ont decouvert ce que je suis et je me suis fache avec certains d’entre eux a cause de ca sans pour autant ne plus se parler on se parle normalement mais ya toujours ce regard qui vous soupsonne tout le temps et je ne pense pas pouvoir me marier un jour parce que je n’est aucune attirance pour les femmes ,je n’est pas eu de relation sexuelle gay proprement dite et g 27 ans pas parceque j’ai peur de ma famille mais par respect et aussi je ne suporterais pas un eventuel divorse entre moi et ma famille ,j’ai peur uniquement de dieu et je suis tres pieux et comme certains je suis aussi né dans une grande famille mais je sais une chose c’est que je suis gay et impossible de changer c’est pas en se mariant que sa va changer cette attitude et comme je dis tous les jours (ils nous font des relations sexuelles la nuit et ils nous insultent je jour ) enfin ……..j’ai une chose a vous dire : le respect dans la famille c’est important et il n’ya que la famille qui nous supporte meme si ils ne nous comprennent pas et sachez que ya des homophobes partout dans le monde et c’est pas evident d’etre gay meme aux USA le pays de la liberte !!!!! mon msn pour finir : staroftheworld@hotmail.fr moi j’ai besoin de conseils et vous aussi alors je vous attends 😉

Dans un pays muslim,je trouve cela scandaleux et choquant qu’il puisse y avoir des gays,à savoir que les gens du bled ont reçu l’éducation religieuse,alors que nous en france,c’est de l’ignorance!
Vous connaissez les interdits que notre seigneur à ordonné et vous voulez vivre comme des koufars!ALLAH ISTAR!

Oh ! que ce n’est pas facile de décoder les petits gestes des habitants des pays visités. À la sortie des classes à Tunis, un tiers des gamines en chemises blanches immaculées et jupes bleu royal marchent la main dans la main avec l’autre tiers. Plusieurs garçons ont le bras au cou d’un autre. À l’aéroport du Caire, un sergent armé parle avec son lieutenant en lui tenant les génitoires. J’espère pour que ça facilite le dialogue

Je suis Québécois de descendance française depuis la Nouvelle-France (1640) et élevé catholique au maximum de l’intégrisme, et pour nous, ces comportements sont irréalistes et ahurissants. Mais, depuis le concile du Vatican-II se 1964, et de ses chambardements, les cathos comme moi ont quitté le navire du salut éternel, ont cessé de payer la dîme, de fréquenter les sacrements. Plusieurs apostasient officiellement en écrivant à leur évêque qui a protégé les membres pédophiles du clergé (condamnations de centaines de millions de dollars). Comme dans le soi-disant paradis de la LIBERTÉ dont la frontière est à 146,7 km de ma porte, il se passe toutes sortes de saloperies. Si ça peut faire plaisir, on y construit plus de mosquées que l’on démolit d’églises. Dans 50 ans, on les remplacera par des arénas pour le sport. Les petites filles joueront au hockey sur la même glace que les garçons. Décodez ce que ceci veut dire. Je rappelle que ce sont les crétins d’Étatsuniens qui ont consenti des prêts hypothécaires du double et même du triple de la valeur des maisons à des gens qui n’en avaient pas les moyens. Le Dieu dans lequel ils ont foi était distrait et en plus de ne pas les ramener à l’ordre, nous aura donné la pire catastrophe économique de tous les temps. Les enseignants de 26 États sont obligés de faire croire que la Terre avec ce qu’il y a dessus a été « créée » en six jours. Bien fatigué, le Créateur s’est effondré et a inventé le weekend syndical.

J’ai la grande joie de visiter, chaque année, un des quatre beaux pays du Nord de l’Afrique. Pour détendre l’atmosphère, je vous confie avoir appris les chiffres hindis, en Égypte, pour me rendre compte au cyber-café de Monastir que ça ne me servait plus à rien. Le chiffre 2 ressemble trop au chiffre 3. Voilà.

C’est comme dans cette enfilade, les rapprochements dangereux que l’on peut faire entre « choix de sexe » et « orientation sexuelle ». Il paraîtrait qu’il n’y a pas de choix là-dedans. Rapprochement entre orientation sexuelle et travestisme. Il a plein d’acteurs et d’actrices qui font fortune à acter et à faire des rôles de féminins ou masculins sans qu’il n’y ait de problème à faire leur devoir de reproducteur comme le petit-Jésus l’a voulu et donner beaucoup de petits fantassins à la nation. ;=)

Mais si on me sert la sainte lecture du saint Coran comme panacée au problème de malaise gai, je brandirai la sainte lecture de l’Imitation de Jésus-Christ, ou au choix Mein Kamft d’Adolf HITLER, Le petit livre vert de l’ayatollah KHOMEYNI disponible en français sur le web. Ce dernier con avait plus de problème avec la morve, les mouches, les déjections, le col de circoncision pour déterminer si le « phydèlle » peut faire ses ablutions et la prière après avoir inséré sa zigounette dans une petite fille de 10 ans, et enfin quoi faire d’un cheval que le même fidèle pratiquant aurait sodomisé, eurk ! N’oublions pas personne, que Jésus avait un apôtre qu’Il affectionnait le plus : Jean l’évangéliste. Qu’est-ce que cela peut bien faire, une tête appuyée sur l’épaule d’un autre. Les curés m’ont appris que les amitiés particulières étaient vilaines et péché mortel d’impureté.

Au centre commercial voisin de l’Université Laval de Québec (la ville), j’en ai des frissons de voir des mecs genre méditerranéens, les mains dans les poches, en bermudas et sandales, suivis d’une femelle en djellaba brune ou marron et coiffée comme de nos anciennes sœurs d’avant concile, traînant avec peine tous leurs achats. Qu’est-ce que ce couple est venu chercher dans mon pays où il fait ––15 °C quatre mois par année, dans la gadoue de sable, de calcium et de neige glacée. J’ai 33 ans d’enseignement accomplis et je pense que tant que des gens, sous le couvert de la religion, manqueront à l’étiquette la plus élémentaire envers les dames, en faisant ça à leur chère petite épouse, je serai anticlérical et non-pratiquant.

Ma réaction première subséquente à la belle éducation que j’ai reçue (!) donnerait ceci : J’apostropherais le gars comme si je voulais arrêter son manège de manque de savoir vivre. Lui dirais d’aider sa compagne à porter l’épicerie, et de cesser de se pavaner come un paon. Bien évidemment, la dame ne pigerait absolument rien, pas plus que lui. Cette situation est TOLÉRÉE dans tous pays que vous dites occidentaux, et c’est uniquement parce que nous nous sommes donnés des lois contre la discrimination religieuse, sexuelle, et raciale que ce maudit bonhomme « religieux, sexuel, et racial » peut faire ça. Je n’y peux rien. Bizou à tous.

j’arrive pas à croire ce que vous dites l’homosexualité c’est dégueulasse dégueulasse 1000 fois dieu a crée des femmes et des hommes c’est pour s’unir en chimie le+et le+ ça se repousse et le – et le – aussi donc les hommes avec les hommes ça de se repousse et les femmes et les femmes également essayer un peu de raisonner vous n’aurez jamais d’enfants et en plus c’est interdit par la religion

j’arrive pas à croire ce que vous dites l’homosexualité c’est dégueulasse dégueulasse 1000 fois dieu a crée des femmes et des hommes c’est pour s’unir en chimie le+et le+ ça se repousse et le – et le – aussi donc les hommes avec les hommes ça de se repousse et les femmes et les femmes également essayer un peu de raisonner vous n’aurez jamais d’enfants et en plus c’est interdit par la religion

j’arrive pas à croire ce que vous dites l’homosexualité c’est dégueulasse dégueulasse 1000 fois dieu a crée des femmes et des hommes c’est pour s’unir en chimie le+et le+ ça se repousse et le – et le – aussi donc les hommes avec les hommes ça de se repousse et les femmes et les femmes également essayer un peu de raisonner vous n’aurez jamais d’enfants et en plus c’est interdit par la religion

Il y a aussi des filles homo. J’en suis. J’ai 50 ans, j’ai résisté tant bien que mal à la pression familiale et sociale du mariage, j’ai sacrifié beaucoup de choses,dont une vie de maman, pour l’amour d’une femme. Je n’ai pas de regret, car c’est une belle chose de suivre son cœur. Vivre contre son gré avec une personne qu’on n’aime pas, qu’on ne désire pas est ce qu’il y a de pire, et en tant que femme, il aurait fallu accepter et supporter une sexualité qui révulse, et pour le coup, c’est une forme de viol. Ce n’est pas seulement un reniement de son identité, c’est une agression très lourde. Mais je comprends toutes ces familles, je ne les juge pas car c’est une chose qui est très éloignée de nos mœurs. Et même dans les pays où l’homosexualité n’est pas interdite, il y a des familles qui n’acceptent pas. ça va au dela des politiques locales, et il faut du temps. Mais la vie n’attend pas.

starfallah les algériens tous des PD… lol jrigole starfallah… mais ca métonne dans un pays ou ya des islamistes armées que les homo soit pas une cible… il doit se passer des trucs bizarre dans le maquis… starfallah l3adim

Les algériens ont pas la culture de respecter la vie privée des autres, mais c´est pas leurs faute; c´est la faute de leur religion.

Pour moi c’est un peu différent. Certes, je souffre à cause de cette absurde homophobie. Cependant, la plus part de ceux qui savent que je suis gay me respectent car ils savent que je suis éduqué, instruit, et discret. J’habite à Oran depuis ma naissance. Je dois dire que les soi-disant homophobes sont hypocrites : ils se disent contre l’homosexualité alors en réalité ils cherchent, en catimini, ce type de relation. Je dis cela en toute connaissance de cause. Moi, sans vouloir me jetter des fleurs, je suis physiquement attirrant. Je suis aussi discret et réservé. Quand je suis dehors, c’est ces gens là, les soi-disant homophobes masculins, qui me draguent et m’harcelent. De plus en plus orgueilleux, avec un certain degrés de haine envers eux, je les envois tous se balader comme des chacals. Mon éducation personnelle, mon courage, mes réussites académiques, et ma bienveillance envers ceux qui sont bons avec moi, me donnent la conviction que je suis un bon citoyens. Je ne fume pas, je ne bois pas, je ne me drogue pas, je suis respectueux, serviable ( les gens le disent) bref je suis le contraire de mon père qui est hétérosexuel et surtout homophobe. Je suis également très émotionnel ne cherchant pas seulement le sexe mais aussi l’affection masculine du Gay Actif. Je me vois comme étant un symbole de la communauté élite des gays algériens sans pour autant stigmatiser ceux qui n’ont pas eu la chance de mener une carrière intellectuelle comme la mienne. En effet, le savoir et l’éducation sont à mon égard de fortes armes à atténuer l’esprit homophobe. Je fini bien par m’imposer dans la société algérienne qui est ma société et celle de tout etre laiquement respectueux. Comme dit un chanteur gay oranais elli bghana nebghouh, welli krahna enlarghouh c’est à dire en anglais those who like us we like, those who dislike us we shun. En faite, savez-vous? je suis enseignant d’ anglais à l’Université d’Oran.

Mes Profonds Respects et Salutations à tout les lecteurs de ce message.

Je suis légalement armé et je me défendrai en cas de légitime défense. Gare aux sales fascistes irrespectueux homophobes.

Bonsoir à tous les membres du site et les homosexuels de l’Algérie. Pour cette fois ci, je lance un conseil à tous les gays étant outragé par l’homophobie. Il est vrai que le problème de l’homophobie est est endémique et il le sera dans les années avenir. Néanmoins, je vous exhorte à ne pas trop dramatiser ce fardeau sociale. Ne vous-y fixer pas en permanence. Il est psychologiquement recommandable d’essayer d’oublier le mal pour qu’il ne oublie. Comment?? La vie en divertissement en est la réponse. Souriez, riez, dansez, jouez, ne sombrez pas dans ce malaise. La vie continue avec ses hauts et ses bas. Laissez les chiens aboyer ; ne les abattez pas sauf si ils sont enragés et prets à vous mordre. Donnez expressions à vos désirs sexuels mais sans que sa devienne une obsession. Effectivement, il n’y a pas que le sexe dans la vie. Pensez aux choses plus rentables. Comme je vous l’ai déja dit dans mon tous premier message adressé à ce site, que je commence à bien aimer, les études et l’éducation sont une arme contre l’homophobie-une arme palliative. Le sport, les sorties en groupes sous forme d’excursions, les formations culinaires, le travail bien-sur, le bénévolat, bref les hobbies sont primordiaux pour notre épanouissement. Faites ainsi et vous-en verrez le résultat. Tenez par exemple, moi ce matin je me suis rendu chez mes parents. J’ai aidé ma mère à préparé le Ftour. J’ai fait la harira, elham hlou belmechmeme woussbiaat el aroussa, elfelfla, et la salade. Elle la pauvre, elle n’a plus de force et ne veut pas de gouvernante. Elle est craintive. J’ai mème preparés deux tartes au citron: une pour nous et une pour mon mari car il l’adore. C’était agréable de se réunir en famille. Je sais bien que je ne pourrez pas fonder une famille vue mon homosexualité et mon incapacité de supporter les enfants. Donc, j’en profite. Autre chose, pour une bonne santé, abstenez vous de l’alcool, la cigarette, et la drogue. Restez positif. Portez-vous bien mes amis.
Voila
Maintenant, je vais dire Bonne nuit par SMS à mon mari. Il s’appelle Fouad. mari

Comments are closed.

À lire également